En ces temps de ralentissement économique, le cash, nerf de la guerre, se fait plus rare et plus difficile à maîtriser.  Une démarche prévisionnelle fiable et la mise en place d’outils simples mais efficaces sont indispensables pour anticiper et maintenir la confiance des banquiers.

Le défaut de paiement par manque de trésorerie est la cause principale des faillites d’entreprise en France.

La crise qui sévit actuellement amplifie de manière dramatique ce mécanisme déjà destructeur lorsque la conjoncture est favorable.

Pour les PME, de grande taille ou plus modestes, la bonne maîtrise et l’anticipation de leur trésorerie est tout simplement une question de survie.

Les principales causes de la dégradation de la trésorerie sont bien connues :

. L’activité est tout simplement en baisse alors que les charges fixes restent élevées et génèrent des besoins de trésorerie importants.

. La rentabilité est moins bonne : Crise oblige, les entreprises sont contraintes à consentir des efforts commerciaux et financiers qu’elles ne peuvent assumer.

. Le Besoin en fonds de roulement se dégrade avec un délai de paiement client qui se rallonge et n’est pas maîtrisé ou bien à cause d’un niveau de stock trop élevé et qui n’est plus en adéquation avec l’activité de l’entreprise.

. L’entreprise ne fait pas assez appel au crédit bancaire et finance trop d’investissements sur ses fonds propres.

. Parfois, c’est aussi tout simplement une crise de croissance qui génère une augmentation du besoin en fonds de roulement, alors que les ressources deviennent insuffisantes pour financer l’exploitation.

Une seule solution : Gérer et Anticiper avec des outils simples.

Une bonne gestion de trésorerie permet d’atteindre plusieurs objectifs :

. Elle permet d’assurer les disponibilités liquides de l’entreprise et de faire face aux échéances

. Elle permet aussi de réduire les coûts des services bancaires (intérêts débiteurs, commissions sur découvert, etc…)

. Elle est aussi le socle sur lequel pourra se construire une relation bancaire de confiance.

Un plan de trésorerie glissant correctement réalisé sur un outil de gestion adapté permettra d’avoir une bonne vision au jour le jour des encaissements et décaissements à venir.

La maîtrise du besoin en fonds de roulement passe aussi par une gestion saine du poste client, par des procédures de relance efficaces et par une bonne maîtrise des stocks.

Enfin tout dirigeant, même s’il n’est pas un financier, doit « sentir »ses coûts en restant en permanence informé des différents postes de dépenses,.

Il doit pouvoir disposer, de manière hebdomadaire, d’un tableau de bord de trésorerie simple, qui pourra lui permettre d’anticiper rapidement un éventuel problème de trésorerie.

Il est tout à fait possible, au travers de financements de type FRAC, de se faire accompagner par des spécialistes pour mettre en place des outils de gestion de trésorerie dans les entreprises.

 

Nicolas Hesnard
Article repris avec l’aimable autorisation de Format.
Article publié sur le site de format :
http://format.fr/actualites.php?id=14&m=10&a=2013

Soyez chic, partagez avec vos amis !Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+
Author

Write A Comment