Category

Tourisme et restauration

Category

Le coworking gagne aussi l’hôtellerie

A l’heure de l’économie collaborative, de la flexibilité et du nomadisme, le coworking apparaît comme une des réponses à cette évolution des besoins.

Le coworking s’entend comme un espace de bureaux partagés en location ponctuelle ou sous forme d’abonnement. L’idée est de partager un bureau et, surtout, d’en utiliser un seulement quand nécessaire. Ce qui séduit également les coworkers, c’est bien de travailler dans un esprit collaboratif, concept dans l’air du temps. Cette tendance touche en grande partie les travailleurs en freelance et les startupers ; au-delà de la flexibilité du coût de leur lieu de travail, ils souhaitent être dans un esprit d’innovation et d’émulation, « réseauter », augmenter leur créativité et pourquoi pas, leur activité. Ces « sans bureau fixe » sont davantage à considérer comme des « free-workers ».

En réponse à cette tendance, les espaces de coworking se développent un peu partout dans les grandes villes et l’hôtellerie n’est pas épargnée par ce phénomène.

Le coworking dans les hôtels, quelles prestations ?

Rappelons d’abord ce que les hôteliers proposent pour une prestation de coworking. Généralement l’offre se compose d’un espace dédié au travail, plus ou moins formel avec connectiques, imprimantes, wifi de qualité, et boissons chaudes, eau, viennoiseries, snack, etc. moyennant des forfaits à l’heure, à la demi-journée ou à la journée complète. Pour d’autres, seules les consommations sont payantes. Les fondamentaux ? En plus du wifi de qualité, proposer des prises en nombre suffisant, voire des chargeurs de smartphones.

Le coworking dans un hôtel répond à un nouveau besoin et une nouvelle manière de satisfaire la clientèle, mais pas seulement. Les hôteliers y ont aussi vu une manière de rentabiliser des espaces peu ou pas exploités de manière optimale. Les investissements ne sont pas très lourds et généralement les hôtels sont en bonne partie déjà équipés : wifi, fauteuils/chaises, tables, etc. Le personnel est également déjà présent pour superviser ce service. Les hôteliers optimisent leurs mètres carrés. Dans certains hôtels, le lobby joue ce rôle. Pour d’autres, c’est la salle de petit déjeuner qui se transforme en espace de travail dès le service et le ménage terminés. Le mot « day-use » prend tout son sens : en faisant du coworking, les hôteliers rentabilisent des espaces non exploités à certaines heures de la journée. Mais pas seulement. C’est aussi un moyen pour les hôteliers de faire parler de leurs établissements. Les hôteliers diversifient leurs cibles de clientèles et profitent de la communication induite par ce nouveau service. Cela permet également de drainer de nouveaux clients pour le bar et le restaurant. Ce concept est complètement en phase avec ces nouveaux hôtels ouverts sur leur environnement et sur la clientèle locale. C’est un moyen de créer de la vie dans l’hôtel, d’animer des espaces qui resteraient tristement vides. Qui a envie d’aller prendre un verre dans un bar vide ? Il est vrai que plus les bars et restaurants sont remplis, plus ils attirent les clients.

Les espaces coworking dans les hôtels se retrouvent dans des localisations propices : proche des gares, des aéroports ou de pôles économiques. En attendant un train, entre deux rendez-vous, il est ainsi possible de mettre son temps à profit, en travaillant dans un espace fonctionnel et donc d’optimiser son déplacement.

Un concept révolutionnaire ?

Ce concept n’est tout de même pas révolutionnaire. En effet, quel homme ou femme d’affaires ne s’est pas déjà installé dans un lobby ou bar d’hôtel pour y travailler ? Quel professionnel n’a pas déjà eu envie de travailler dans le lobby ou dans le bar, dans un cadre plus vivant, plutôt que de rester enfermé dans sa chambre d’hôtel, aussi bien décorée soit-elle ? Ces espaces de coworking sont simplement plus adaptés, fonctionnels, et surtout commercialisés. Le marché tend même à se structurer avec des sites de commercialisation dédiés comme AirOffice ou la section business de Dayuse.com.

L’hôtellerie a toute légitimité pour proposer ce type de prestation : la plupart des équipements et services à déployer sont souvent déjà présents sur site, le personnel également et la clientèle d’affaires est un segment que la plupart des hôteliers connaissent bien. Les professionnels s’y mettent de manière plus ou moins structurée. Des concepts orientés exclusivement « business » se développent : c’est le cas à Paris du BOB Hotel d’Elegencia (comprenez « Business On Board » pour BOB). De par son concept, cet hôtel va plus loin et propose différents espaces de bureaux : lobby, patio ou les plus classiques salles de réunions. L’hôtel a pensé à tout : si le client souhaite plus de discrétion, des petites alcôves sont là pour l’accueillir. Le C.O.Q. Hôtel, dans le 13ème arrondissement parisien, aussi se positionne sur ce créneau : une fois le petit-déjeuner terminé, les ordinateurs portables remplacent les assiettes sur les tables. Des groupes hôteliers se positionnent également sur ce créneau : chez AccorHotels, le concept Easywork est déployé au sein des hôtels Mercure et Novotel. MOB Hotel met à disposition, dans son hôtel audonien, une salle dédiée au coworking réservée à certains professionnels, sous le nom « Kolkhozita ». On retrouve également le groupe Oceania avec son enseigne, Nomad, qui dispose d’un grand espace fonctionnel et adapté aux différents besoins de la clientèle, et en en particulier au travail. L’enseigne Moxy joue aussi sur ce tableau avec un grand espace polyvalent, Society M (Citizen M) avec des espaces de travail dans un esprit collaboratif et créatif. Et ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres.

Coworking Washington

 

 

 


L’intérêt pour les clients ?

En plus des notions de « liberté / flexibilité », ils profitent d’un cadre généralement agréable et peuvent même profiter des équipements de l’hôtel (spa, fitness). Certains utilisateurs d’espace coworking y voient aussi le moyen de véhiculer une image plus valorisante : ils organisent une session de travail avec un client dans un environnement moins formel qu’une classique salle de réunion, et parfois plus en adéquation avec leur secteur d’activité. On peut ainsi choisir son lieu de travail en fonction de l’image que l’on souhaite donner.

Seul inconvénient du coworking dans l’hôtellerie, quand les coworkers se sentent un peu trop bien, ils peuvent avoir tendance à prendre trop de place, au détriment de la clientèle traditionnelle de l’hôtel. La contrepartie de ce succès est donc la nécessité d’anticiper la gestion de potentiels conflits d’usage entre les flux de clientèle.

L’hôtellerie, alliant immobilier et services, se développe de façon légitime dans le coworking et va même plus loin pour certains. AccorHotels et Bouygues Immobilier ont noué un partenariat autour de Nextdoor, à l’origine créée par Bouygues. Le concept est simple : location de bureaux en coworking à la journée ou des périodes plus longues. L’idée du partenariat entre les deux grands acteurs est d’accélérer le développement de ce nouveau concept profitant des savoir-faire de l’un et de l’autre. Mama Shelter aussi développe, indépendamment de ses hôtels, Mama Works (bureaux en location), dans le même esprit que les Mama Shelter.

Ces nouveaux services illustrent la dynamique actuelle observée sur une partie du secteur hôtelier, qui se réinvente en écoutant sa clientèle, et qui sort de son modèle traditionnel pour proposer davantage de services. A quand la prochaine idée pour enrichir la prestation hôtelière ?

Amélie LAPI Consultante In Extenso TCH
http://www.inextenso-tch.com

Un exemple à la Réunion : https://www.hotel-legrandbleu.com 
L’hôtel le Grand Bleu a un espace Coworkboutik.

 

Castel Covino : Le Champagne Blue Sky, Innovation de Vranken Pommery Monopole, se déguste sur glace !

A l’heure des « nouveaux mode de consommation », en voici qui ne manquera pas de  surprendre :  Le  Champagne  Blue  Sky,  Innovation  de  Vranken  Pommery Monopole, se déguste sur glace ! Oui, oui, vous avez bien lu : avec des glaçons. Une nouvelle référence distribuée par l’entreprise portoise : Castel Covino.  

Mardi, au Mahé La Bourdonnais à Saint Denis c’est Fomalhaut Vieux-Rochas , directeur Régional  Afrique  et  Océan  Indien  qui  est  venu  en  personne  présenter  sa  nouvelle référence  à  La  Réunion  « Le  Champagne  Pommery  Blue  Sky  correspond  à  une  façon  de déguster du champagne plutôt associée au plaisir d’ouvrir une bouteille l’été. Il s’agit donc d’un produit parfaitement adapté à la douceur du climat de La Réunion ». Il s’agit d’un  assemblage  traditionnel  champenois  où  le  pinot  noir,  le  pinot  meunier  et  le  chardonnay s’équilibre harmonieusement. Le  rituel  de  consommation  passe  par  une expérience de dégustation  dans  les  verres  ronds  (et  non  pas  des  flutes),  dans  lesquels  pourront s’entrechoquer sans difficulté les glaçons minéralisés au nombre de 5.

C’est Castel Covino qui est détentrice de la carte Pommery depuis 2006. À La Réunion, on peut retrouver es champagnes de la Maison dans les 6 magasins Nicolas du Groupe Covino mais également en CHR.  Castel Covino distribue les champagnes des maisons – «Vranken Pommery Monopole» (Demoiselle, Vranken, Heidsieck Monopole, Bissinger) – et «Collet» (Collet, Veuve Duclos).

Le  marché  du  Champagne  est  très  dynamique  à  La  Réunion  et  continue  de  croître  à  un rythme  soutenu  bien  qu’il  se  caractérise  par  une  multiplication  des  offres  inférieures  à 20€. Ainsi, en 2016 ce ne sont pas moins de 1 551 655 cols (en bouteille de 75 cl) qui ont été écoulées sur l’île.

A travers ses activités d’export, Castel Covino distribue d’ores et déjà le Royal Blue Sky sur l’Océan Indien. L’ambition de l’entreprise est de parvenir à une distribution 15.000 unités sur les territoires de la zone (Réunion, Maurice, Madagascar et Les Seychelles).

A propos de Castel-Covino

Présent à La Réunion depuis 1954, Castel-Covino, filiale du groupe Castel et Frères est un acteur majeur de la distribution de boissons sur l’île. Castel Covino possède également une unité d’embouteillage moderne, qui lui permet de produire des vins exclusifs au marché réunionnais.   Six   caves   sont   rattachés   à   Covino   sous   l’enseigne   NICOLAS,   laquelle appartenant également au groupe Castel.

Pour en savoir plus : http://www.castel-freres.re

Après Maurice et Madagascar, une école VATEL à la Réunion.

A la suite de Vatel Maurice qui a ouvert ses portes en 2009 et de Vatel Madagascar qui a célébré ses deux ans en septembre dernier, le 1er  groupe mondial de l’enseignement du management Hôtellerie-Tourisme ajoute une troisième localisation dans l’océan Indien, en décidant de s’implanter à Saint-Paul de la Réunion.

Des franchisés bien implantés dans l’économie locale

C’est maintenant officiel. Il y aura bien une école Vatel à la Réunion dès la fin de cette année. En octobre 2017, les jeunes bacheliers réunionnais pourront débuter leurs études en management hôtelier dans le département. Ainsi en a décidé Renaud AZEMA, Master franchisé pour la marque VATEL sur l’océan Indien et l’Afrique Australe.

Pour présider à la destinée de la marque sur cette zone ultra périphérique de l’Europe, il s’appuiera sur l’expertise et l’expérience du couple LHUISSIER, bien connu du monde de l’hôtellerie locale. Depuis 25 ans en effet, Ghislaine et Philippe LHUISSIER oeuvrent en faveur de l’intégration d’un public varié au sein du secteur du tourisme et de l’hôtellerie, avec sérieux et efficacité dans leur centre de formation CREE.

Un complément à l’offre existante avec un Bachelor en alternance.

L’école Vatel a prévue de s’implanter à Saint-Paul dans un premier temps. Les locaux ont été identifiés et l’emplacement s’avère pertinent au regard de l’implantation géographique des établissements touristiques que l’école va servir. Comme pour ses autres implantations dans l’océan Indien, Vatel fonctionnera en relation étroite avec l’industrie locale, en quête de main d’oeuvre qualifiée. Le programme qu’offrira Vatel sera, dans un premier temps, d’une durée de 3 ans et mènera au Bachelor in International Hotel Management (Titre II enregistré au RNCP sous la dénomination de « Manager en Hôtellerie Internationale »). Les étudiants suivront un programme où la pratique fait la part belle à la théorie, gage d’acquisition non seulement de connaissances mais aussi de compétences.

Une intégration régionale concrète et une ouverture réelle sur le monde.

Les écoles de l’océan indien, tombent toutes les trois sous la tutelle de Renaud AZEMA qui relaye avec conviction et passion l’esprit VATEL mis en place par le couple SEBBAN, fondateur du groupe. L’école de la Réunion pourra compter sur le soutien administratif et sur l’expérience de l’équipe pédagogique, déjà en place sur les deux autres îles et composée en partie de professionnels de la réunion. Les nombreux bacheliers qui jusqu’à présent partaient à Maurice pourront désormais débuter leur cycle académique à la Réunion tout en gardant la possibilité de s’inscrire dans un programme de mobilité qui leur ouvrira les portes de l’expatriation.

Bonnes nouvelles pour nos jeunes motivés, les inscriptions sont ouvertes à  : info.reunion@vatel.com.

Pour en savoir plus sur Vatel : http://www.vatel.com

Corsair a opéré son premier vol régional !

Acteur historique sur l’Océan Indien depuis plus de 26 ans, Corsair continue de se déployer et a opéré ce mardi 24 janvier son premier vol régional entre l’île de la Réunion et Mayotte. La compagnie dessert désormais Dzaoudzi au départ de Gillot à raison de 2 vols hebdomadaires les mardis et samedis.

C’est à bord d’un Airbus A330 que les équipes de Corsair, accompagnées des grands patrons et des médias réunionnais, ont inauguré le premier vol reliant la Réunion à Mayotte.

Présente depuis 10 ans sur l’île mahoraise, Corsair était la seule compagnie à desservir Mayotte en vol direct depuis la Métropole. Elle a tout d’abord relié Paris-Orly à Pamandzi en vols saisonniers, pour s’installer durablement en 2009 en opérant un programme de vols annuel.

Au travers de son nouveau programme, Corsair développe les connexions sur le trafic régional et contribue concrètement au renforcement des échanges touristiques et économiques. Corsair apporte désormais plus de vols, plus de flexibilité, des tarifs attractifs et un produit de qualité plébiscité par ses clients. Une contribution significative concrétisée par la signature de la Convention de partenariat des Iles Vanilles, en septembre 2016.  Un concept qui va dorénavant pouvoir s’appuyer sur une desserte aérienne plus large et plus accessible.

Depuis ce 24 janvier 2017, Corsair assure la liaison entre Gillot et Pamandzi et offrant ainsi aux Réunionnais et aux Mahorais une véritable alternative pour se déplacer au sein de l’Océan indien à des tarifs extrêmement compétitifs, Mayotte / Réunion à partir de  158  TTC*

Les vols partiront de l’île de la Réunion à 13h35 pour une arrivée à 14h45. Les décollages de Mayotte se feront à 16h30 pour un atterrissage à 19h45.

Pascal de Izaguirre, Président-Directeur général déclare « Je suis très heureux d’annoncer l’ouverture de la desserte régionale Réunion/Dzaoudzi. C’est une excellente nouvelle pour le développement du tourisme à Mayotte. La compagnie est présente depuis 10 ans sur l’île. Cette nouvelle ligne régionale va permettre de dynamiser les échanges au sein des îles Vanilles, avec par exemple le développement des séjours combinés inter-îles à des prix très compétitifs.

*Offre sans bagage en vol aller-retour

A propos de Corsair International
Compagnie aérienne française régulière et spécialiste du long courrier international, Corsair International, filiale de TUI France, leader du tourisme en France, emploie 1050 collaborateurs. Elle transporte 1 200 000 passagers par an. Corsair International opère des vols réguliers vers les Caraïbes (Fort-de-France, Pointe-à-Pitre), l’Océan Indien (La Réunion, l’Ile Maurice, Mayotte, Madagascar), l’Afrique (le Sénégal et la Côte d’Ivoire) et le Canada (Montréal). – Ouverture de CUBA en mai 2017.
https://www.corsair.fr

L’IRT veut séduire les réunionnais à travers son label Qualité Tourisme

Fort du constat que les réunionnais consomment 60% de l’ensemble de la dépense touristique de La Réunion, l’Île de La Réunion Tourisme, IRT, a décidé d’accompagner et favoriser ce développement. Pour cela, elle mise sur son Label Qualité Tourisme Île de La Réunion qu’elle compte bien porter à la connaissance du plus grand nombre. Les premières opérations de séduction ont démarré en septembre 2016, avec le tout nouveau concept « CHASSEUR DE WEEK-END ».

L’île de la Réunion Tourisme a retenu la qualité comme l’un des ses axes stratégiques majeur. C’est dans cet esprit que l’Île de La Réunion Tourisme, IRT, a créé en 2012 le label Qualité Tourisme Île de La Réunion. Ce label a été mis en place à destination des prestataires touristiques des différents secteurs d’activités. Ce sont aujourd’hui plus de 200 établissements d’activités diverses telles que la restauration, les activités de loisirs sportives et culturelles, le transport, l’accueil, l’hébergement, les boutiques artisanales qui sont détenteurs du précieux sésame.

Pour développer sa notoriété et l’ensemble des prestations et services proposés par l’ensemble des labellisés, l’IRT a mis en place dès septembre 2016 l’opération « CHASSEUR DE WEEK-END ». Recrutés sur concours, trois groupes de chasseurs de week-ends vont partir en exploration et découvrir les trésors de La Réunion le temps d’un week-end. A travers des vidéos d’une minute, ils vont faire part de leurs activités, des expériences qu’ils auront vécues et mettront en avant les qualités du label et des labellisés. Les 6 premières vidéos seront diffusées sur Antenne Réunion Télévision et l’on pourra retrouver l’ensemble des prestations labellisées sur la plateforme dédiée à l’opération : www.chasseurdeweekend. qtir.re ainsi que sur la page Facebook : Qualité Tourisme Île de La Réunion.

Grâce à cette opération, l’IRT souhaite rendre le label Qualité Tourisme Île de La Réunion plus visible et plus lisible pour l’ensemble des réunionnais. L’objectif est de lui accorder une place de référence en le positionnant comme un label incontournable, gage de qualité. L’Île de la Réunion Tourisme souhaite également faire profiter d’offres spéciales aux touristes locaux, et leur permettre de porter un regard neuf sur leur île. Les CHASSEURS DE WEEK-END, seront ainsi pour quelques mois les ambassadeurs de La Réunion auprès des réunionnais, créant et animant une communauté fédératrice.

A ce jour, cette campagne originale a déjà attiré pas moins de 13 348 visiteurs uniques sur le site dédié à l’opération, les vidéos de présentation des candidats ayant, quant à elles, été visionnées plus de 58 000 fois. Des chiffres qui laissent d’ores et déjà présager un bel avenir au Label Qualité Tourisme Île de La Réunion.

Avec 21ème Parallèle, une autre façon de voyager !

L’agence de voyage 21ème Parallèle, spécialisée dans les voyages sur-mesure, fait un virage à 180°. Nouveau design, nouveau site Internet, nouvelle organisation interne, les changements qui s’opèrent illustrent une autre façon d’entrevoir et de concevoir le voyage. La destination n’est plus au coeur du projet chez 21ème Parallèle, seule la passion ou l’envie de lifestyle vient à le définir et à le concrétiser…

Créée il y a 8 ans, l’agence de voyages 21ème parallèle a choisi de marquer sa différence en investissant une niche de marché : le voyage à thèmes selon les passions. L’agence, dirigée par Caroline et Bertrand Lemasson, est la première de l’île à oser véritablement afficher ce positionnement singulier.

Ce choix stratégique est l’aboutissement d’une réflexion menée ces derniers mois concernant l’évolution du secteur, de plus en plus digitalisé, et la résultante d’une expérience réussie dans un univers de passionnés, le golf. L’agence compte parmi ses clients fidèles des aficianados de la petite balle blanche et s’est donc naturellement intéressée aux séjours couplant découverte de nouvelles contrées et de nouveaux greens.

En amenant régulièrement ses clients à « sauter la mer » pour des swings d’exception, principalement à l’Ile Maurice, en Afrique du Sud et en Asie, 21ème Parallèle a pris conscience de la portée des voyages à thèmes, des séjours organisés autour d’une passion, et ses dirigeants font aujourd’hui le pari de proposer une toute autre façon de voyager. Dorénavant à l’agence, la destination n’est plus au coeur du projet de voyage mais c’est une envie, une passion ou une ligne de sa fameuse « wishlist » qui suggère l’évasion.
L’agence se fixe comme principale mission de proposer et d’organiser des expériences uniques qui amènent le voyageur à vivre plus intensément ses vacances. Cette approche du métier se concrétise, par exemple, par l’organisation de voyages sur-mesure pour assister à un concert de renom, participer à des événements sportifs, approcher des personnalités…

Afin que ces évasions soient accessibles à tous les budgets, 21ème Parallèle privilégie les opportunités qui s’offrent dans l’environnement régional ou qui sont accessibles en liaisons directes aériennes. Et pour que le voyage tourne véritablement autour d’une passion, l’agence s’entoure de professionnels reconnus pour animer les séjours. Elle est d’ailleurs devenue partenaire de Ticketmaster, le site de référence des événements.

 

http://www.21parallele.fr

Iles Vanille : les bons résultats de la croisière

A quelques jours du démarrage de la nouvelle saison des croisières, Xavier-Luc DUVAL, Premier Ministre adjoint, Ministre du tourisme de l’île Maurice et Président des îles vanille, a fait un point d’étape en présence d’Alain St Ange le Ministre du Tourisme des Seychelles, de Kevin RAMKALOAN le Directeur de la Mauritius Tourism Promotion Authority et de Pascal VIROLEAU le Directeur de l’association des îles Vanille.
Les arrivées sont passées de 14 000 croisiéristes pour la saison 2014/2015 à 29 000 pour la saison 2015/2016, ce qui représente une augmentation de 100% !

Les prévisions pour la nouvelle saison sont d’ores et déjà très encourageantes.

Les îles recevront de très nombreuses visites de navires de croisières, au premier rang desquels le Costa NeoRomantica, avec ses 12 rotations, fait figure de leader.

Nous enregistrerons également les escales de plus d’une douzaine de navires différents:
MS AMADEA

MS ARTANIA

MS ASTOR

MS EUROPA

MS EUROPA 2

MV ISLAND SKY

MSC SINFONIA (2 rotations)

OCEAN DREAM (Peace Boat)

QUEEN ELIZABETH

QUEEN MARY

SILVER DISCOVERER

VOYAGER

WORLD ODYSSEY
Les compagnies Fred Olsen et Aida ont programmé des navires pour la saison 2017/2018, ce qui laisse augurer d’un maintien à moyen terme de la croissance du secteur.

« Les îles vanille négocient avec de nouvelles compagnies et nous annoncerons de nouvelles arrivées dans les mois qui viennent » déclare Xavier-Luc DUVAL.

 

A propos des Iles Vanille

Les Iles Vanille sont un regroupement de promotion des îles de l’océan indien Comores, Madagascar, Maurice, Mayotte, La Réunion et les Seychelles:

http://www.vanilla-islands.org

L’ Aéroport de La Réunion Roland Garros à l’heure des grands changements.

De la « gare du ciel » au lieu de vie agréable, confortable et attractif. – Débute ces jours-ci une nouvelle phase de travaux qui va changer en profondeur l’aérogare, de l’aéroport de la Réunion Roland Garros, pour une nouvelle expérience clients. La transformation qui va s’opérer permettra dès l’an prochain d’optimiser la gestion des flux, d’augmenter le confort des passagers et d’accroître de façon substantielle les zones dédiées aux activités commerciales. Ces aménagements s’accompagneront d’un nouveau design. Le futur visage de l’aéroport sera une vitrine à la fois moderne et authentique de La Réunion. 

La fin septembre 2016 marque un véritable tournant dans l’histoire de l’aéroport. La société débute une nouvelle phase de travaux qui la projette vers l’avenir. Les premières cloisons de chantier sont visibles depuis quelques jours et préfigurent d’ores et déjà de l’ampleur des changements, à la hauteur des ambitions. Les ambitions des Hommes qui oeuvrent au quotidien pour la sécurité et l’exigence qualité envers les passagers ; celles d’un acteur économique, la société aéroportuaire, pourvoyeuse d’emplois locaux et source de valeurs ; et plus largement d’un territoire qui croit fortement au potentiel de son secteur touristique.

La gestion du trafic passagers constitue l’épine dorsale de l’activité de tout aéroport et c’est donc naturellement que les efforts qui sont aujourd’hui portés lui soient en grande partie dédiés. Plus qu’une modernisation, les travaux qui débutent permettront de revoir toute l’organisation des flux de passagers en partance et à l’arrivée.

Avant la fin du 1er semestre 2017, le circuit de l’enregistrement à la salle d’embarquement aura été entièrement revisité, avec des contrôles de police et de sûreté qui s’effectueront à l’avenir au niveau 2. L’aéroport traitera ainsi les départs et les arrivées sur deux niveaux distincts, permettant d’optimiser la circulation des passagers et amenant ces derniers à porter un tout autre regard sur l’accueil et le confort au sein de l’aéroport. Le nouveau circuit limitera notamment, et de façon substantielle, les temps d’attente. Optimisé, il augmentera également la capacité de traitement de l’aéroport, ce qui lui donnera toute la latitude nécessaire pour accueillir en 2025, dans les grands standards des aéroports internationaux, les trois millions de passagers que prévoit le plan stratégique de développement aéroportuaire.

20

Dès la mise en service du nouveau circuit, les passagers et leurs accompagnants pourront découvrir une offre de commerces et de restaurations élargie grâce à l’arrivée de nouveaux clients hébergés : le groupe NEWREST, expert de renommée mondiale du secteur aéroportuaire, et le groupement composé de LAGARDERE TRAVEL RETAIL et SERVAIR qui se sont associés afin de proposer des concepts internationaux et locaux de boutiques et commerces en exclusivité pour l’Aéroport de La Réunion Roland Garros. Dès l’an prochain, l’enseigne internationale ILLY côtoiera le leader de la restauration réunionnaise, LE CAP MECHANT, ainsi que l’enseigne de bar et de restauration DODO TO GO et la Distillerie ISAUTIER . Côté boutiques, la marque PARDON! s’offrira une belle vitrine en zone duty-free et le «MARCHE PEI» fera une belle exposition aux saveurs locales au coeur d’une boutique riche en couleurs. En références détente et loisirs, les passagers découvriront le premier corner FNAC en boutique duty-free en aéroport et les boutiques RELAY en activité librairie presse.

Dès la mi-2017, les passagers au départ découvriront un concept en vogue dans le monde aéroportuaire développé par AELIA DUTY FREE : un important «walk through» de boutiques hors taxe, soit une zone commerciale de 650 m2 traversante, entre les postes de contrôle et de sûreté et la salle d’embarquement. Cette dernière sera aussi dotée de boutiques et de points de restauration. Les passagers à l’arrivée n’ont pas été oubliés, des références hors taxe seront dorénavant disponibles en zone de livraison de bagages. La zone publique accueillera également son lot de commerces et de points de restauration, une offre importante qui tendra à favoriser une autre façon de vivre ses instants à l’aéroport. Du lieu de passage entre ciel et terre, l’aérogare aura de nombreux atouts pour devenir un espace de rencontres et de vie agréable, confortable et séduisant.

Les évolutions qui vont s’opérer dans les prochains mois s’accompagneront d’un relooking général de l’aérogare. L’infrastructure présentera un nouveau visage, à la fois moderne et authentique, à l’image de notre île, pour une expérience «sense of place» qui confortera l’idée que «Le Voyage commence ici», à l’Aéroport de La Réunion Roland Garros.

 

Transaxio Hôtel lance une plateforme sur les transactions en hôtellerie

Transaxio Hôtel lance une nouvelle plateforme inédite pour faciliter la cession, l’acquisition et l’exploitation d’hébergements touristiques.

Cette nouvelle plateforme constitue pour les investisseurs un site de référence pour retrouver des offres sélectives d’hébergements touristiques dans l’hexagone et à La Réunion ainsi que tous les services du réseau In Extenso.

Boulogne, le 20 septembre 2016, Transaxio Hôtel, spécialiste des transactions d’hébergements touristiques lance sa nouvelle plateforme destinée aux investisseurs voulant céder, acquérir ou mettre en gestion. Sa spécificité : une sélection de biens très qualitatifs, choisis pour le potentiel de business et de développement, la qualité du service proposé et l’ensemble des services d’accompagnement financier, commercial et d’exploitation à travers le réseau In Extenso et de ses partenaires.

Simple d’utilisation et instinctive, la plateforme, créée par l’agence Web And Pixel, propose aux futurs acquéreurs de choisir la région, le type de bien souhaité ainsi que le montant de la transaction afin de leur proposer toutes les offres de vente du réseau. Deux manières ensuite de contacter l’équipe de Transaxio Hôtel : un appel gratuit vers la centrale d’appels ou un formulaire de contact.

Forts de leurs expertises du secteur et de leur implantation en métropole et sur l’ile de la Réunion ainsi que de leur partenariat avec In Extenso, Transaxio Hôtel peut ainsi accompagner des investisseurs exploitants ou non exploitants partout en France.

En outre, les investisseurs cédants ou acquéreurs peuvent retrouver sur cette plateforme, tous les services de Transaxio : un accompagnement unique par son exhaustivité répondant à toutes les problématiques immobilières et d’exploitation des investisseurs :

  • Le bilan patrimonial
    Etude au cas par cas de la situation patrimoniale et fiscale du cédant ou de l’acquéreur pour optimiser sa fiscalité en toute confidentialité.
  • Les études de marché et la faisabilité 
    Evaluation de la viabilité du projet et de son adéquation à la réalité du marché local.
  • L’accompagnement à l’acquisition et à la cession 
    Interventions des audits pré acquisitions à la recherche du produit correspondant au profil de l’investisseur ou d’un opérateur franchiseur, gestionnaire et/ou preneur à bail en partenariat avec In Extenso Expertise Comptable et In Extenso Avocat.
  • Le financement
    Accompagnement dans les recherches de financement grâce aux structures partenaires comme In Extenso Finance et Transmission.

Dans le cas d’une construction d’un hébergement touristique neuf, accompagnement sur :

  • L’assistance à la maîtrise d’ouvrage opérationnelle ainsi que l’accompagnement sur l’optimisation des plans pour une meilleure efficacité de l’exploitation.
  •  L’accompagnement à la gestion opérationnelle et commerciale : accompagnement à la préouverture, soutien commercial et marketing, gestion d’exploitation post acquisition ou d’hébergement touristique en exploitation sous la forme d’un contrat d’accompagnement et gestion pour le compte de tiers sous la forme d’un mandat de gestion.

 

A propos de Transaxio Hôtel

Transaxio Hôtel est une filiale de Transaxio, un réseau spécialisé dans la transaction de fonds de commerce et d’immobilier d’entreprise créé en mars 2013 et en partenariat avec In Extenso, l’un des leaders nationaux d’expertise comptable, entité du réseau de Deloitte. Transaxio Hôtel est doté d’une équipe opérationnelle spécialisée dans la vente et la gestion d’hôtels et hébergements touristiques dont la direction est confiée à Guy BOULO et Guillaume JALLIFFIER.

Pour en savoir plus : www.transaxio-hotel.com

A propos de l’agence Web and Pixel

L’agence Web and Pixel, dirigée par Patrice Faure-Brac, est un acteur clé des sites de qualité du paysage réunionnais. Dans ces dernières créations dans le secteur du tourisme, vous pouvez retrouver le site de Guest Trotter Océan Indien (http://www.guest-trotter.io)

Pour en savoir plus : http://www.webandpixel.fr

 

Air’Lise Formation, certifiée par Amadeus, présente à Top Résa

Récemment certifiée par AMADEUS France pour accompagner les professionnels du voyage dans les DOM, Renée-Lise Nilusmas, fondatrice et dirigeante d’Air’Lise Formation, a représenté la Réunion sur L’IFTM Top Résa qui s’est déroulé à Paris du 20 au 23 septembre.

Ce salon International des professionnels du Tourisme a été l’occasion pour Air’Lise Formation de promouvoir la formation professionnelle dans l’Océan Indien, et d’annoncer ce partenariat inédit. Car c’est la première fois qu’AMADEUS France certifie un formateur indépendant dans les DOM, et c’est à La Réunion que Renée-Lise Nilusmas met au service des acteurs locaux, ses 15 années d’expérience et sa vision globale des métiers du voyage à travers la formation.

La majorité des agences de voyage réunionnaises sont équipées du système AMADEUS pour optimiser la gestion des ventes de voyages. Cet outil technique nécessite une formation initiale et des mises à niveaux régulières. Désormais, les acteurs locaux peuvent bénéficier sur place de l’accompagnement d’Air’Lise Formation. Leader mondial de solutions technologiques et de distribution pour l’industrie du tourisme, AMADEUS France connecte les prestataires et les agences à l’écosystème du voyage.

Présente sur le stand AMADEUS France et sur celui de l’Océan Indien pour présenter ses prestations de services, audit, conseil, formation professionnelle, accompagnement et assistance, Renée-Lise Nilusmas a également participé aux conférences sur les évolutions techniques et commerciales. Ce salon incontournable lui a également permis d’échanger et de soutenir ses différents partenaires et les professionnels du voyage des Îles Vanille, mais également de repérer des idées innovantes.

Des formations pour préparer à l’évolution du métier

Pour préparer les futurs professionnels à l’évolution du métier, Air’Lise Formation propose une formation longue en alternance et diplômantes de conseillers vendeurs en voyage d’affaire et de Tourisme. Destinées aux diplômés du Tourisme ou aux réunionnais en reconversion professionnelle, cette formation est accessible à partir du niveau Bac+2 ou BAC avec 2 ans d’expérience professionnelle dans le secteur du tourisme. Les futurs conseillers en vente de voyage pourront ainsi acquérir des compétences techniques et commerciales pour être opérationnels à l’emploi pour les agences locales et celles partout dans le monde.

« La formation professionnelle est un enjeu incontournable pour le développement de compétences transversales des salariés mais il faut professionnaliser davantage les conseillers voyages de demain. Il est important d’innover dès la formation pour valoriser ce métier », conclut Renée-Lise NILUSMAS.

Informations et programmes : www.airliseformation.fr