Category

Bâtiment et travaux publics

Category

La Chambre des Notaires de la Réunion présente les tendances « prix » de l’immobilier 2016

Depuis de nombreuses années, la Chambre des Notaires de la Réunion participe au Salon de la Maison. Il est devenu un rendez-vous phare de la profession qui lui permet de rencontrer un large public en quête d’informations sur un projet d’acquisition d’un bien immobilier et sur bien d’autres domaines… Au cours de l’édition précédente, les Notaires se sont relayés sur le stand de la Chambre et ont tenu plus de 450 consultations. Celles-ci, offertes, ont d’abord porté sur la succession (36 % des échanges), notamment la donation, puis sur l’achat et la vente de biens immobiliers (27 %).

Pour le prochain Salon de la Maison, qui ouvre ses portes ce samedi 29 avril, la Chambre des Notaires propose une nouvelle photographie des prix pratiqués dans l’Immobilier. Les indicateurs statistiques, proposés en téléchargement ci-dessous, portent sur toute l’année 2016 et sont tirés de la base Perval de la profession, soit sur un panel de près de 2 700 transactions dans l’Habitat neuf et ancien, ainsi que sur les terrains à bâtir.

Les ventes ont été passées au crible afin de déterminer les prix médians dans les différentes catégories de biens, et selon les zones géographiques : à l’échelle régionale et dans certaines communes, voire de zones d’habitation où le nombre de transactions enregistrées dans la base reste probant. A noter que le prix médian représente le « milieu » du marché, signifiant qu’autant de transactions ont été conclues pour un prix inférieur et autant au-dessus de ce prix.

Ces statistiques apportent un éclairage sur les pratiques dans le secteur en termes de « valeur-prix ». Elles ne doivent toutefois pas être considérées comme un repère juste et réaliste pour un projet immobilier en particulier. Prendre attache auprès d’un professionnel comme le Notaire, pour des conseils et/ou une expertise, reste une démarche opportune et surtout prudente. « Investir ne s’improvise pas, et vous engage ! », tel est le slogan que portera la Chambre des Notaires au prochain Salon de la Maison. Et afin d’être au plus près de la population et répondre aux nombreuses sollicitations, la Chambre prévoit de faire vivre le Salon de la Maison en dehors de la Nordev, sur sa page Facebook (https://www.facebook.com/cdn974/), en organisant deux sessions de tchat  » Le Cinq-à-Sept « : mardi 2 et jeudi 4 mai, de 17h00 à 19h00.

Les tendances Prix 2016 de l’Immobilier, ce qu’il faut retenir :

  • Les prix médians des appartements anciens ont augmenté de plus de 4 % alors que ceux pratiqués pour des logements neufs sont restés très élevés, comme en 2015.
  • A contrario, les maisons connaissent une autre tendance. Qu’il s’agisse de constructions récentes ou anciennes, les prix médians ont diminué entre 2 et 3,5 % globalement.
  • Enfin, les prix médians des terrains à bâtir continuent de croître. Sur un an, ils ont augmenté de 3,4 %, la rareté du foncier disponible est principalement à l’origine de cette hausse.

Télécharger le dossier complet en cliquant ici.

Assemblée générale : la FRBTP accueille 8 nouveaux administrateurs

La Fédération Réunionnaise du BTP a tenu, ce vendredi 31 mars 2017, son Assemblée Générale Ordinaire. Dans un contexte économique en constante dégradation, l’organisation a souhaité se recentrer sur ses adhérents. L’Assemblée a été l’occasion de nombreux moments d’échanges. D’abord à l’écoute des problèmes et difficultés exprimés librement par les chefs d’entreprise, le Conseil d’Administration a ensuite tenu à leur apporter des réponses adaptées.

Le président Bernard SIRIEX n’a pas manqué de faire part de son inquiétude quant à la baisse annoncée de la commande publique, mais également de la production de logements sociaux alors que 22 000 familles sont en attente.

A la veille d’une échéance électorale majeure, il a insisté sur le fait que le prochain gouvernement devra engager un véritable plan de rattrapage définitif de La Réunion vis-à-vis de l’Hexagone. Ce plan Marshall pour La Réunion devra permettre de combler le retard en 10 ans.

Force de proposition, le Président de la FRBTP a fait état des actions prioritaires à mettre en place dans le secteur de la construction : baisse du coût du travail, lutte contre le travail au noir, financement de grandes infrastructures, politique efficace des transports, mise en place de mécanismes d’aide à la pierre et à la personne, etc.

L’Assemblée Générale Ordinaire a aussi été l’occasion d’un renouvellement important du Conseil d’Administration. 13 postes étaient à pourvoir : 7 dans le collège Corps d’Etats Techniques et Industries Annexes et 6 dans le collège Génie civil-Travaux Publics-Bâtiment (Gros œuvre).

Ont été élus :

Administrateur sortants :

-Pascal GRILLET (Gros-œuvre)
-Vincent KERSUZAN (Gros-œuvre)
– Thierry LEGROS (Gros-œuvre)
-Yannick PAINIAYE (Plomberie)
-Yan RIVIERE (Solaire)

Nouveaux administrateurs :

– Stéphane BROSSARD (maintenance/rénov)
– Fabrice COLA (VRD/TP)
– Emmanuel FARQUE (Menuiserie bois)
– Axel FERNANDEZ (ouvrages maritimes)
– Marc GUIRAUD (Electricité)
– Dietrich HOARAU (Charpente métallique)
– Francis HUOT-MARCHAND (Electricité)
– Anthony LEBON (Travaux spécialisés)

Jean-Marie LEBOURVELLEC, Président d’Honneur et médaillé

En reconnaissance des services rendus à la Fédération et à la Profession, Jean Marie LEBOURVELLEC a été élu Président d’Honneur et s’est vu remettre, des mains de son Président Bruno CAVAGNE, la médaille de la FNTP, présent pour l’événement.

Par ailleurs, pour répondre à la problématique des délais de paiement de plus en plus longs de la part des maîtres d’ouvrage, Maître Vincent HOARAU, avocat, est intervenu pour sensibiliser les chefs d’entreprises sur les outils permettant l’application effective des intérêts moratoires et en cas de situation extrême sur la procédure de saisie conservatoire.

A propos de la FRBTP

Depuis plus de 60 ans, la FRBTP incarne le BTP et tient son rang d’acteur réunionnais de premier plan pour la construction d’une île durable et harmonieuse. Elle représente toutes les entreprises du BTP, quel que soit leur corps de métier et leur taille.
http://www.frbtp.re

FRBTP Réunion : Olivier Angelloz nommé Secrétaire général

Olivier Angelloz, 48 ans, vient de prendre les fonctions de Secrétaire général de la Fédération Réunionnaise du Bâtiment et des Travaux Publics. Sa candidature au poste précédemment occupé par Nicolas Weinsberg intervient au terme d’un long processus de sélection effectué par un cabinet de recrutement externe, avant la validation d’un comité de sélection interne à la FRBTP.

Ce Juriste de formation a la particularité d’avoir évolué tant dans la vie publique que dans le secteur privé et s’est également beaucoup investi dans la défense professionnelle.

Titulaire d’un DEA en droit public et d’un MBA international, obtenu l’an dernier à Maurice, Olivier Angelloz a exercé en 1998 les fonctions de responsable juridique d’une fédération nationale de commerçants puis, à partir de 2000, celle de directeur de l’administration et des affaires juridiques dans une commune de la région parisienne. En 2004, il arrive à La Réunion et devient successivement chargé d’opération, puis directeur de la société familiale de promotion immobilière Angelloz, implantée à La Réunion depuis 25 ans. En 2007, il fonde puis dirige le Tropic Appart’Hôtel à Saint-Gilles, aujourd’hui sur le point d’être vendu. Dans le même temps, il occupe les fonctions de vice-président de la Fédération des promoteurs immobiliers et il est conseiller prud’homal depuis 2010.

En collaboration avec Bernard Siriex, Président de la Fédération fraichement réélu, le nouveau Secrétaire général représentera avec engagement la FRBTP, tant auprès des adhérents que des partenaires socio-économiques et institutionnels.

Il sera chargé d’accompagner les entreprises dans leurs projets au profit du développement du territoire, lequel présente toujours un déficit en matière d’équipements par rapport à la métropole. Outre le soutien à la production de logements neufs (sociaux et privés), le Secrétaire général souhaite faire du développement durable une thématique majeure pour les entreprises du BTP. La réhabilitation, notamment la rénovation énergétique soutenue financièrement par les pouvoirs publics, représente un marché porteur en termes de chiffre d’affaires pour le secteur de l’habitat, dans une île où 90 % des 350 000 logements ne répondent pas suffisamment aux exigences environnementales définies par les Accords sur le climat signés à Paris.

Pour cette année charnière, aux enjeux politiques importants, la FRBTP – qui représente toutes les entreprises de la construction, quelle que soit leur taille, travaillera étroitement avec les organisations patronales locales dont elle est adhérente, la CPME et le MEDEF, ainsi qu’avec la FEDOM à Paris, pour atteindre un objectif : faire redémarrer l’activité du bâtiment à La Réunion – qui représente 16 000 emplois directs – de manière à relancer la dynamique économique et sociale du territoire. La FRBTP s’engage enfin à maintenir une discussion constante avec les organisations syndicales de la profession pour la garantie d’un dialogue social de qualité.

Pour en savoir plus sur la FRBTP : http://www.frbtp.re

Apicap soutient Gaïa en apportant 700 000 €

Paris le 11 juillet 2016, APICAP annonce avoir investi près de 700 000 euros dans Gaia, entreprise réunionnaise spécialisée dans la conception et l’installation de solutions solaires. Avec plus de 20 millions d’euros investis à la Réunion, à travers 15 participations, Apicap est à ce jour le principal investisseur privé dédié aux PME réunionnaises.

L’île de la Réunion, c’est 340 jours de soleil par an : c’est donc un marché évident pour le développement de l’énergie solaire, surtout à l’heure de la lutte contre le dérèglement climatique. C’est pourquoi Apicap accompagne Gaia dans le développement et la diversification de ses activités.

Gaia est une entreprise qui conçoit et installe des chauffe-eaux solaires ainsi que des centrales photovoltaïques sur batterie pour l’autoconsommation. Composée d’une quarantaine d’employés, l’entreprise équipe à la fois les maisons individuelles et les bâtiments collectifs, permettant aux collectivités, aux bailleurs sociaux et aux particuliers résidant sur l’île de la Réunion d’effacer une grande partie de leur consommation électrique.  L’entreprise consacre une part non négligeable de ses efforts dans la R&D et est agrée par l’Agence Régionale Energie Réunion.

Le groupe connait une croissance significative ces dernières années avec un taux de croissance de plus de 50% par an.

Yan Rivière, dirigeant de Gaia : « Depuis la COP21, on parle beaucoup des énergies renouvelables. A la Réunion, le solaire est une évidence. Et pourtant, ce n’est pas simple de trouver des investisseurs pour soutenir des projets comme Gaia. Apicap nous a fait confiance depuis le début de notre projet. Et cela nous a permis de nous développer très rapidement : nous représentons aujourd’hui plus de 20% du marché eau chaude solaire individuelle et 30% du marché de l’eau chaude solaire collective photovoltaïque de l’île ».

Alexandre Rossoz, Associé-Gérant d’Apicap : « On entend souvent dire que l’avenir est aux énergies propres. Mais pas d’énergies renouvelables sans investissements. Il y avait un vrai marché à la Réunion et nous étions convaincus que Yan Rivière et ses associés, Thibault Rebelle, Guillaume Tarbez et Olivier Legras étaient l’équipe qu’il fallait pour développer l’eau chaude solaire et le photovoltaïque sur l’île. L’accompagner était donc naturel ».

Apicap, issue du rapprochement entre OTC Agregator et Ardens, est un acteur de référence du capital investissement qui finance et soutient les PME françaises – au chiffre d’affaires compris entre 1 et 50 M€ – à tous les stades et moments clés de leur développement. Les associés d’Apicap, eux-mêmes entrepreneurs, ont une parfaite connaissance des enjeux des PME (projets de croissance, transmission, etc.) et apportent leur savoir-faire aux investisseurs et aux dirigeants qu’ils accompagnent. Le portefeuille d’Apicap comprend 127 PME et la société gère 44 véhicules d’investissement (FIP, FCPI, FPCI, FCPR, holdings et mandats de gestion) pour un total de 480 M€ d’actifs investis. L’ambition d’Apicap est de lever des fonds pour écrire de belles histoires d’entreprises et d’entrepreneurs, en France, aujourd’hui et en Europe demain.

Site internet : Apicap

CQP BTP : La FRBTP félicite les nouveaux diplômés !

La FRBTP adresse ses félicitations aux nouveaux diplômés des CQP du BTP de Technicien de laboratoire et de cordiste de niveau 1 et 2.

Il y a quelques jours, au Campus Pro de Saint-Pierre, les candidats aux CQP Technicien de laboratoire et cordiste de niveau 1 et 2, ont reçu leur diplôme en présence de R. Juhoor, président de la Commission Formation de la FRBTP, des représentants de la CPREF, des organismes de formation, des financeurs – Etat et Région – des partenaires de l’accord cadre emploi et formation du BTP de la Réunion, de la CAPEB et des organisations syndicales de salariés.

Six candidats ont obtenu, par la Validation des Acquis de l’Expérience, leur CQP Technicien de laboratoire. Ce diplôme permet d’acquérir une qualification professionnelle. Elle est reconnue par la convention collective du BTP à la Réunion et répond en particulier aux attentes de la branche « Carrières et Matériaux de Construction ».

Pas moins de 29 candidats ont obtenu leur attestation cordiste de 1er niveau et 4 autres candidats leur CQP cordiste de niveau 2. Ce diplôme reconnaît leurs compétences au niveau national par les branches Bâtiment et Travaux Publics. Le niveau 1 est le premier niveau de maîtrise des techniques de travaux sur corde et de sécurisation des interventions sur les chantiers. La connaissance du sauvetage et 800 heures sur corde sont nécessaires à l’obtention du CQP cordiste de niveau 2.

Le CQP facilite l’insertion des demandeurs d’emploi dans le monde professionnel et conforte aussi les compétences des salariés déjà en activité. Mais au-delà de la reconnaissance du savoir-faire professionnel du salarié, le CQP est également une réponse « sur-mesure » aux besoins en qualification et à l’évolution des métiers de l’entreprise. C’est donc une démarche « gagnant-gagnant ».

C’est grâce à la forte volonté de la CPREF BTP de la Réunion, Commission Paritaire Régionale Emploi et Formation (qui réunit toutes les organisations patronales et syndicales), que les CQP se sont développés à la Réunion. La CPREF a été créée en 2005 à la demande de la FRBTP. Elle est la seule aujourd’hui habilitée à délivrer les CQP. La CPREF et les acteurs institutionnels réunionnais ont signé un accord cadre en août 2013 pour répondre aux besoins de la profession, et mettre en adéquation les attentes des entreprises avec les compétences territoriales dans le secteur du BTP (par la formation initiale ou continue, la VAE…)

La FRBTP félicite chaleureusement tous les nouveaux diplômés, la CPREF et l’ensemble des partenaires qui travaillent à développer l’emploi et les compétences dans la filière du BTP. Bonne continuation à tous !

A propos de
Depuis plus de 60 ans, la FRBTP incarne le BTP et tient son rang d’acteur réunionnais de premier plan pour la construction d’une île durable et harmonieuse. Elle représente toutes les entreprises du BTP, quels que soient leur corps de métier et leur taille.
http://www.frbtp.re

Des services innovants pour l’avenir des villes de la Réunion

Après le télérelevé, Veolia présente deux de ses nouvelles filiales chargées de développer de nouveaux services numériques : Majikan et Payboost. Des solutions intelligentes pour répondre aux besoins de la population et faire de La Réunion une île toujours plus performante et connectée. Véritable terre d’innovation, le territoire local est en effet le premier de tout l’Outre-mer à bénéficier du déploiement de ces services innovants.

Aujourd’hui, la montée en puissance du digital et des outils de mobilité impose aux collectivités et aux entreprises de repenser leurs relations avec leurs clients et usagers. C’est pour les accompagner dans leur mutation numérique que Veolia a créé NovaVeolia, une structure chargée de développer des services digitaux. A la clé, l’amélioration de la qualité et de la performance du service rendu. Veolia Eau Réunion, qui célèbre ses 40 ans de présence sur le territoire, sera la première entreprise locale à bénéficier de ces solutions innovantes pour un service de l’eau plus moderne, plus social et plus efficace.

Aller vers la ville et les bâtiments de demain
m2ocity: l’Internet des objets au service de la ville durable et des bâtiments connectés
m2ocity, société spécialisée dans les services liés à l’Internet des objets, s’est installée dans l’île fin 2015. Elle a depuis initié de nombreux projets avec des bailleurs sociaux, industriels et collectivités et embauché un premier collaborateur à La Réunion.
S’appuyant sur sa capacité à connecter les capteurs les plus performants du marché, dans différentes technologies, m2ocity propose des solutions répondant à un double enjeu :
– Une modernisation du service de l’eau avec le télérelevé des compteurs, solution indispensable à la facturation au réel des usagers pour un renouveau de la relation client et l’optimisation de la performance opérationnelle des réseaux.
– Une meilleure supervision des consommations multi-fluides, des services urbains et de la qualité de l’environnement : en complément du télérelevé des compteurs d’eau, son expertise peut s’appliquer à d’autres domaines de l’environnement. Elle peut, par exemple, être mise au service du suivi des consommations d’eau et d’électricité, du contrôle de la température des bâtiments, de la qualité de l’air, ou du suivi du niveau de bruit, d’une collecte des déchets plus efficace, d’un éclairage public moins énergivore ou d’un stationnement intelligent.
Ouvertes et interopérables pour tous types d’objets communicants, les solutions de m2ocity contribuent au développement durable de la ville de demain et des bâtiments intelligents. L’objectif à court terme est d’atteindre plus d’un millier d’objets connectés à La Réunion.

Optimiser les déplacements des agents
Majikan : « le bon intervenant, au bon endroit, au bon moment »
Deux autres filiales feront leur arrivée sur le territoire. D’abord, la société Majikan, qui propose aux gestionnaires et propriétaires publics ou privés d’infrastructures et de réseau, un service de planification et de suivi des interventions terrain. Ce service, actuellement déployé pour Veolia en métropole, sera à terme mis en place pour Veolia Eau Réunion.
Grâce à une plateforme collaborative de gestion des interventions de dernière génération, couplée à un moteur d’optimisation des tournées et à une application mobile centrée sur l’utilisateur, les solutions développées par Majikan permettent d’organiser, de suivre et de piloter les interventions terrain en temps réel, ainsi que d’offrir un maximum de visibilité aux équipes opérationnelles.
L’intérêt de ces nouveaux services réside notamment dans la réduction des coûts de fonctionnement et le gain d’efficacité grâce à la rationalisation des déplacements et à la dématérialisation des ordres et comptes rendus de mission. Ils permettent également de faire progresser la qualité de service en restituant des données de façon dynamique et communicante à la Collectivité, qui peut alors valoriser son action en diffusant les résultats des opérations et l’état des infrastructures aux administrés et aux usagers. La plateforme collaborative de Majikan permet également de gérer la sous-traitance, la prise de rendez-vous par les usagers des services des collectivités et la remontée d’alertes et de signalement citoyen. www.majikan.fr

Proposer une solution de recouvrement social
Payboost : solutions digitales et sociales de facturation, paiement et recouvrement
A travers sa filiale Payboost, Veolia proposera désormais des solutions pour booster la performance du poste client : facturation, paiement, reversement et recouvrement. Ces solutions sont particulièrement bien adaptées aux acteurs du service public, des télécom et du logement résidentiel. Elles intègrent l’ensemble des moyens de paiement et permettent ainsi d’organiser le règlement d’une facture de différentes manières (carte bancaire, virement bancaire, prélèvement).
En plus d’offres d’externalisation du poste client adaptées au type d’activité, Payboost a développé une solution de recouvrement social pour permettre aux clients en difficulté de payer selon leurs moyens et aux créanciers de réduire leurs impayés. Ce dispositif réduit les rejets de paiement et en même temps permet aux clients en difficultés financières d’éviter le stress des relances et les pénalités bancaires.
L’activité de Payboost a démarré début 2016 pour Veolia Eau Réunion et est assurée par une équipe de cinq personnes basée à Saint-Denis. www.payboost.com

A propos de
Veolia Eau Réunion :
Depuis 1976, Veolia fournit, chaque jour, de l’eau potable à près de la moitié des Réunionnais et gère 9 contrats d’assainissement. Forte de ses 260 salariés, l’entreprise conseille et accompagne au quotidien les acteurs du territoire dans la gestion durable de la ressource en eau. Veolia s’investit aussi en faveur de l’entreprenariat et l’innovation locale. Elle a noué des partenariats avec des opérateurs économiques tels que l’Adir, Nexa ou le Cluster maritime de la Réunion.

Le groupe Veolia :
Le groupe Veolia est la référence mondiale de la gestion optimisée des ressources. Présent sur les cinq continents avec plus de 174 000 salariés, le Groupe conçoit et déploie des solutions pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie, qui participent au développement durable des villes et des industries. Au travers de ses trois activités complémentaires, Veolia contribue à développer l’accès aux ressources, à préserver les ressources disponibles et à les renouveler.
En 2015, le groupe Veolia a servi 100 millions d’habitants en eau potable et 63 millions en assainissement, produit 63 millions de mégawattheures et valorisé 42,9 millions de tonnes de déchets. Veolia Environnement (Paris Euronext : VIE) a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires consolidé de 25 milliards d’euros.

Dans le cadre de la Semaine de l’Industrie, PREFABLOC ouvre ses portes

A l’occasion de la Semaine de l’Industrie, le groupe PREFABLOC, la plus grosse entreprise dans le BTP du Sud sauvage, a eu l’honneur de recevoir ce jour une délégation d’élus pour visiter son site de Petite-Ile.

Le groupe PREFABLOC est devenu depuis quelques années l’un des fleurons industriels du Sud sauvage. Spécialisé dans la fabrication de matériaux de construction, PREFABLOC a été créé il y a 33 ans par Maximin et Anne-Marie VALROMEX, tous deux originaires de Grand-Bois. De micro entreprise, PREFABLOC est devenu un groupe employant 82 salariés, répartis dans 9 sociétés. Son chiffre d’affaires en 2014 a atteint 21 millions d’euros, grâce à la livraison de plus de 650 000 tonnes de matériaux (à destination des particuliers, des entreprises et des collectivités).

Sélectionné pour la Semaine de l’Industrie, PREFABLOC a reçu ce vendredi 17 avril, sur son site de Petite-Ile, 43 représentants locaux, parmi lesquels Alin Guézello et Marie-Josée Rivière, Conseillers régionaux, Serge Hoareau, Maire de Petite-Ile, Ibrahim Patel, Président de la CCIR, Alex How Choong, administrateur de l’ADIR, et Jérôme Blondin, de la DIECCTE.

Une belle occasion pour découvrir les coulisses du site spécialisé dans la fabrication de parpaings. Une opportunité également de soulever les difficultés que rencontre l’entreprise locale sur un marché concurrentiel, dominé par des multinationales.

Malgré la conjoncture économique difficile qui touche particulièrement le secteur du BTP, PREFABLOC doit rester dynamique et innovant pour conserver sa place sur le marché. « Compte tenu de la pénurie de matières premières et notre dépendance vis-à-vis du prix du ciment, il est de plus en plus difficile de rester indépendant et compétitif, rappelle Emilie VALROMEX, directrice adjointe de PREFABLOC. Mais nous continuerons à nous battre pour faire prospérer l’une des dernières sociétés réunionnaises de ce secteur. »

Les élus ont particulièrement été attentifs à ces problématiques. Alin Guézello a ainsi déclaré : « Il n’est pas question de permettre un appauvrissement du Sud en matières premières ; la Région ne doit pas avoir d’un côté un langage et d’un autre côté l’attitude. Nous veillerons à cela ».

Ibrahim Patel a également invité le fondateur de PREFABLOC à le rencontrer, afin de trouver des solutions pour « contrer le lobbying exercé par les grands groupes à La Réunion ». Des déclarations qui ont réjoui la famille Valromex, qui saisira la main tendue par ces élus.

 

En savoir plus sur Préfabloc :

 

L’immeuble Darwin remporte le Prix d’architecture de la Réunion !

Organisé par l’Ordre des Architectes de la Réunion, le Prix d’Architecture de la Réunion met en avant des réalisations architecturales de qualité à la Réunion. L’objectif est de promouvoir l’architecture et sensibiliser le grand public au savoir-faire de tous les acteurs de la construction.

Cette année, 57 réalisations ont été évaluées par le jury qui, après une première délibération, n’a retenu que 22 opérations réparties en 5 catégories.

L’opération Darwin, nominée dans la catégorie des « cases à vocation professionnelle », a été primée lors de la soirée de Gala du 6 juin dernier au Port et remporte ainsi le prix d’architecture 2014 dans sa catégorie.

Née sous l’impulsion de COTEL Ingénierie, l’immeuble Darwin vise à promouvoir une architecture durable, confortable, économique et à mettre en avant son savoir faire en la matière. Elle regroupe sous le même toit les sociétés COTEL, FEDT, GAA et COREX afin d’y établir pour la majorité leur siège. Le bâtiment comporte 4 niveaux sur 1 niveau de parking. Chaque société possédant un plateau. Les sociétés COTEL et FEDT sont reliées par un escalier. Au départ, les concepteurs se sont fixés d’atteindre à minima les objectifs PERENE et devant des simulations thermiques dynamiques et aéraulyques encourageantes, le projet a été inscrit au programme PREBAT de l’ADEME (plateforme de Recherche et d’Expérimentation dans le Bâtiment) dont il fut lauréat.

Des solutions techniques efficaces ont été mises en oeuvre :

  • Emploi généralisé des jalousies offrant un bon contrôle des flux d’air mais aussi permettant de parvenir à une ventilation naturelle permanente et notamment la nuit pour des locaux frais à l’heure d’embauche.
  • La structure en béton a été optimisée et rationalisée aussi bien pour des motifs économiques qu’environnementaux. La mise en oeuvre d’un minimum de matière était un impératif.
  • Les façades les moins exposées sont peintes d’une couleur claire, les plus exposées reçoivent soit un bardage en tôle de type Ondulit (performant thermiquement) avec une lame d’air ventilée ou une double peau en treille métallique végétalisée.
  • La toiture métallique sèche est isolée par 100 mm de laine verre et reçoit un parement bois en sous face.
  • Production d’électricité d’une puissance de 62 kWc grâce à la surtoiture de 248 panneaux photovoltaïques polycristallins connectés sur le réseau
  • Gestion de l’éclairage par détection de présence
  • Mise en place d’une GTC avec un suivi en direct, alertes et bilans périodiques mesurant la production photovoltaïque, la consommation électriques par différents postes, couplée :
    – A la station météorologique mesurant l’ensoleillement, l’hygrométrie, le vent et la température)
    – Aux 4 sondes intérieures mesurant la chaleur rayonnante, l’hygrométrie, la vitesse de l’air (acquisition par l’Ademe à hauteur de 70%)
  • Ascenseur à récupération d’énergie lors de la descente de l’appareil
  • Récupération des eaux pluviales et stockage 2000 litres pour l’arrosage des espaces verts.

Avant le prix d’architecture de la Réunion, l’opération de l’immeuble Darwin avait déjà été remarquée en tant que lauréate de l’appel à projet PREBAT. Elle a reçu également la médaille d’argent BCO2 délivré par l’ADEME récompensant un excellent bilan carbone grâce aux matériaux employés, aux méthodes de mise en oeuvre et à la sobriété énergétique du bâtiment en exploitation.

Pour en savoir plus :

COTEL INGENIERIE
4, Rue Emile Hugot
BP60128
97492 Sainte-Clotilde Cedex

Tél.: 0262 97 50 97
www.cotel-ingenierie.com