Category

Technique

Category

Innovation: La SAPMER ramène à La Réunion ses premières langoustes vivantes

C’est en janvier que la SAPMER a réussi un exploit humain et technique en ramenant pour la première fois à quai des langoustes vivantes pêchées à 8 jours de mer des côtes réunionnaises, soit plus de 3000 kilomètres dans les eaux des Terres Australes et Antarctique Françaises. Une première mondiale pour un acteur majeur de la pêche, pionner de son secteur depuis plus de 70 ans !

Née à la Réunion en 1947, la SAPMER est la représentation par excellence de la réussite et de l’esprit d’innovation réunionnais. L’entreprise, dont le siège est situé au Port, est aujourd’hui le premier armateur français à la pêche. Ses produits sont distribués dans 30 pays, elle emploie plus de 1000 salariés, et dispose de quinze navires. La SAPMER est l’opérateur historique de la grande pêche dans les eaux des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). Les principales espèces pêchées et mises en marché par SAPMER sont la langouste de Saint-Paul, la légine australe, le thon albacore et le thon bonite. La SAPMER est, à ce jour, la seule société au monde autorisée à pêcher sous quota la langouste de Saint-Paul..

Les zones de pêche se situent sur la zone des 40èmes rugissants et 50èmes hurlants. C’est bien souvent dans des conditions extrêmes que l’équipage de l’Austral composé d’une cinquantaine de marins, pour la plupart réunionnais, remonte la petite langouste rouge — langouste australe. En Décembre 2017, la SAPMER a embarqué à bord de son bateau le dispositif innovant nécessaire pour ramener à La Réunion ce trésor VIVANT. Apporter d’aussi loin des côtes une espèce vivante constitue un exploit et une première mondiale. « En 70 ans d’histoire, SAPMER n’a cessé de progresser, d’innover, et de cultiver un esprit pionnier, tant sur ses activités en mer que sur terre. Depuis 4 ans nous opérons une mutation organisationnelle et structurelle pour devenir une entreprise « seafood », ayant pour ambition de maîtriser l’ensemble de la chaîne produit : de la mer à l’assiette. L’arrivée de ses premières langoustes vivantes est un pas en avant supplémentaire dans cette démarche et c’est surtout une grande fierté pour La Réunion, pour la SAPMER et pour ses hommes et femmes» explique Anthony SIGNOUR, directeur d’exploitation de La SAPMER.

La prouesse a été rendue possible grâce à la société française EMYG, spécialisée dans le traitement et la purification de l’eau en circuit fermé. L’entreprise travaille depuis plusieurs années sur la Chaîne du Vivant®. Véritable substitut de la chaîne du froid, la Chaîne du Vivant® permet une nouvelle façon de consommer ces produits : garantir leur fraîcheur, améliorer leur traitement et leur bien-être, faciliter la logistique pour les acteurs de ce secteur. La Chaîne du vivant a été rendue possible grâce à la technologie INNOPURE développée par EMYG. « L’esprit pionnier de La Sapmer a permis de construire dès le départ un partenariat de confiance et c’est avec fierté que nous voyons se déployer la Chaîne du Vivant® à La Réunion. Le transport des langoustes vivantes dans l’eau n’en est qu’à ses débuts, nous sommes heureux d’accompagner une entreprise comme la SAPMER dans le développement de cette nouvelle force. » Déclare Alexandra Fagiano, directrice des opérations d’EMYG

La Sapmer est l’armement historique de La Réunion. Elle accorde une importance particulière à cette place, comme l’explique Adrien de Chomereau, Directeur général de la société. «  Les Quotas nous sont attribués sous l’autorité de TAAF et sur les recommandations du musée d’Histoire Naturelle de Paris qui évalue la ressource marine. L’attribution de quota implique une grande responsabilité et l’engagement sans faille de l’armement bénéficiaire. Nous nous attachons à valoriser nos pêcheries car leur valorisation met en avant tout le territoire. En particulier sa faune, qu’il nous appartient de respecter et protéger en opérant des prélèvements responsables.» Ce sont les réunionnais qui pourront en avant-première profiter de ces trésors de l’antarctique vivants, garantissant la fraîcheur et la saveur originelle d’un produit d’exception. L’objectif à long terme est bien sur de développer l’exportation de ces crustacés haut de gamme à l’international, en particulier vers le Japon ou ils sont très appréciés.

L’Austral est reparti en campagne de pêche, son retour au Port est prévu en avril.

Pour en savoir plus sur la SAPMER : http://www.sapmer.fr

Optimisation des Opérations de Maintenance dans les PME : Vous avez dit G.M.A.O. ?

Initialement dédiée aux activités « industrielles », les outils de gestion de maintenance  concernent aujourd’hui tous les secteurs d’activité, du tertiaire, aux établissements de santé en passant par le tourisme, l’agro-alimentaire, les activités de logistique et de transport, le commerce ou encore les activités de construction.

La gestion de la maintenance est depuis longtemps ouverte, efficace, flexible et … informatisée.

Vous avez dit G.M.A.O ?

G.M.A.O. : Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur, les solutions logicielles telles que celles proposées par Dimo Maint, société spécialisée dans le domaine, ont fait leurs preuves depuis longtemps et accompagnent les services de maintenance de grandes entreprises mais aussi des PME et TPE.

Quel que soit le volume des actifs à gérer, et le niveau de maintenance requis, les outils de GMAO sont devenus des outils incontournables du système d’information d’une entreprise.

 

La GMAO, un outil de gestion des actifs de production et d’exploitation :

La maintenance vise à maintenir ou à rétablir un bien dans un état spécifié afin que celui-ci soit en mesure d’assurer un service déterminé.

La maintenance regroupe ainsi les actions de dépannage, réparation, réglage, révision, contrôle et vérification.

Qu’elle soit « corrective », « préventive », « évolutive » ou « adaptative », la GMAO permet de tracer, archiver et analyser toutes les actions menées sur un parc de machines, de véhicules ou sur des bâtiments.

 

Une GMAO pour quoi faire ? :

Les bénéfices de la mise en place d’une GMAO sont multiples :

. Elle permet en premier lieu d d’augmenter la disponibilité des équipements, de limiter les temps d’immobilisation et de cette façon mieux gérer et préserver le patrimoine de l’entreprise.

. Les travaux de maintenance sont rationalisés, les grands arrêts préparés et les risque d’interventions curatives d’urgence limités.

. Avec une bonne GMAO, il n’est plus nécessaire de détenir des stocks inutiles de pièces détachées, ceux-ci sont adaptés aux besoins planifiés et les coûts de stockage sont limités (estimation de réduction des stocks de 10 à 45 % en moyenne).

. Les ressources humaines, qu’elles soient internes ou externes sont elles aussi  optimisées grâce à une meilleure maîtrise des plannings et une plus forte responsabilisation des prestataires (des coûts « hors contrat » mieux maîtrisés permettent d’obtenir des économies importantes sur le coût global d’un prestataire).

 

Ces bénéfices opérationnels et techniques se traduisent bien évidemment par des bénéfices financiers et un retour sur investissement rapide (on estime que des équipements pilotés par GMAO voient leur durée de vie augmenter de 10 à 15 % en moyenne), mais aussi par des améliorations sensibles en matière d’organisation et de qualité.

 

En effet, mettre en place une GMAO s’est aussi s’assurer une meilleur fluidité des interventions, fiabiliser les processus  et gagner en qualité, notamment dans le cadre d’une démarche de certification.

 

Des solutions adaptées à la taille et aux besoins des entreprises :

Les besoins des entreprises sont très différents selon leur taille et leurs besoins spécifique et les éditeurs de logiciels de GMAO l’ont bien et compris.

Dimo Maint propose par exemple des solutions très complètes et ultra économiques pour les petites entreprises qui souhaitent une gestion simplifiée mais efficace de leurs équipements, mais aussi des solutions plus flexibles, modulables et personnalisables à destination des plus grosses structures.

 

A l’heure où la qualité et l’efficacité sont synonymes de rentabilité, plus d’hésitations, passez à la GMAO !

 

Si vous souhaitez en savoir plus, votre partenaire FORMAT organise un atelier le 26 novembre (matinée) au « Mercure Créolia » de Saint-Denis ainsi que le 28 novembre (matinée) au « Boucan Canot » à Saint-Gilles les bains.

 

Alors inscrivez-vous en contactant votre partenaire FORMAT au 02.62.42.67.89. ou par mail : service.commercial@format.fr.

 

Nicolas Hesnard