Category

Compta et finance

Category

En partenariat avec la CCI France-Maurice, L’Eco Austral publie le guide « investir à Maurice »

La CCI France-Maurice et le magazine régional L’Eco Austral annoncent la publication en exclusivité d’un supplément « Investir à Maurice » de 64 pages, diffusé avec le magazine économique en ce mois de février 2018, à Maurice, dans la zone océan Indien et en France.

Bien que d’autres guides soient déjà parus ces années précédentes, Catherine Dubreuil-Mitaine – présidente de la CCIFM, a tenu à souligner : « Il s’agit d’un outil de choix, car l’ensemble des informations est réuni dans un seul et même document. Par ailleurs, ces informations ont été actualisées et validées par des experts. Pour aller plus loin et ainsi répondre aux attentes particulières de chacun des lecteurs, des adresses et liens sont répertoriés dans le guide ».

La partie « guide » présente l’île Maurice dans le détail : histoire, culture, système politique, système juridique, système de santé, démographie, niveau de vie, système bancaire, système douanier. Elle se penche sur l’économie mauricienne, « diversifiée, ouverte et tertiaire », et les opportunités qu’elle présente, sur la création d’entreprise, la vie et le travail à Maurice, l’immobilier, la fiscalité, avec les derniers dispositifs s’adressant aux investisseurs et cadres expatriés.

En complément, L’Eco austral publie des entretiens et des analyses sectorielles. Parmi les entretiens, on peut citer ceux réalisés avec l’ambassadeur de France, Emmanuel Cohet, qui met l’accent sur l’axe Maurice-Réunion, avec le président de la SBM Holdings, Kee Chong Li Kwong Wing, qui annonce des informations exclusives, avec Sanjif Bhasin, CEO D’AfrAsia Bank, ou encore avec Younous Ravate, consul de Maurice à La Réunion…

Enfin, L’Eco austral se penche sur le secteur financier, qui doit se réinventer, sur le positionnement de Maurice en Afrique, sur la Bourse, sur l’émergence des biotechnologies et sur les parts de marché des principales enseignes de grande distribution.

Ce partenariat exclusif avec l’Eco Austral satisfait pleinement la CCI France Maurice qui y voit une opportunité d’atteindre plus efficacement un de ses objectifs : l’aide à la collecte, la gestion et la distribution de données d’informations relatives à l’implantation des entrepreneurs à Maurice.

Rappelons que l’Eco Austral a participé au dernier débat organisé par la CCI France Maurice sur le thème de la « Silver économie » en tant qu’intervenant.

Pour en savoir plus sur l’EcoAustral : http://ecoaustral.com

Deuxième congrès des DAF : BDO HDM mobilise les entreprises réunionnaises

Le Mardi 4 octobre, le cabinet BDO-HDM, fort de son appartenance au 5ème réseau mondial d’audit et de conseil, à organisé au Lux à l’Hermitage, la deuxième édition du Congrès des DAF (Directeurs Administratifs et Financiers) et des Directeurs Juridiques de La Réunion qui a réunit 150 participants venant d’une centaine de sociétés.

Le DAF, ou Directeur Administratif et Financier, est un métier en pleine mutation. « On est passé d’un métier de contrôle vers un métier d’anticipation et de conseil. Le rôle du DAF est moteur dans la prise de décision et la partie veille est extrêmement importante en particulier sur l’ensemble des réglementations qui évoluent très rapidement », explique Jocelyne Ative, associée du Cabinet BDO-HDM. « Il doit balayer un panel de compétences allant du financier, à l’économie, en passant par la gestion de trésorerie, le digital, le droit juridique et fiscal ou encore les ressources humaines. Le DAF est pour ainsi dire le bras droit du chef d’entreprise, sa cheville ouvrière. »

Le congrès réunit sur une même journée et en un même lieu des experts de référence. Pour les participants, c’est une occasion unique de s’informer sur les dernières tendances de la profession, de prendre du recul sur des sujets de fond, d’échanger avec des homologues, de rencontrer des partenaires, de nouer des contacts utiles, de comprendre l’évolution des métiers du chiffre, et de trouver de nouvelles idées afin d’être plus efficient dans leur fonction.

La thématique 2016 du congrès était « Le DAF au coeur de la transformation de l’entreprise». C’est autour d’une quinzaine de sujets que cette thématique a été explorée par les participants. La conférence sur les Cyber-attaques animée par MDSI, la Police et la Gendarmerie Nationale a tenu son public en haleine. Les chiffres sont éloquents : à La Réunion, 3 entreprises sur 5 subissent une Cyber attaque tous les ans. Les DAF sont les acteurs de la mise en place de protections adaptées pour leurs entreprises. Le Groupe Bourbon Voyages et Digital Réunion ont également expliqué les modèles d’évolution digitale par secteur d’activité avec comme exemple le tourisme, parfaite illustration de difficultés mais aussi des avantages que peut tirer une entreprise à s’adapter à ce nouvel environnement.

Enfin, l’intervention sur la préparation de l’entreprise au contrôle fiscal dans le cadre de la nouvelle transmission de données numérisées a été également particulièrement attendue.

Cette journée d’information et d’échanges a été hautement appréciée par une catégorie de professionnels régulièrement confrontés à des enjeux économiques cruciaux. La fiscalité, la réforme du droit des contrats, la loi Travail mais aussi la fiscalité dans les DOM, autant de sujets qui ont pu être abordés à travers des conférences généralistes, des Masters Classes techniques et des Ateliers solutions.

Cette journée d’échange à permis à chaque participant de prendre conscience qu’il devait être le moteur du changement de son entreprise. Le congrès des DAF et des Directeurs Juridiques de l’Océan Indien s’impose désormais comme un rendez-vous incontournable dans le paysage économique local.

Pour en savoir plus sur le cabinet BDO HDM : http://www.hdm.re

Loi de Finances : ce qui change en 2016. Conférence ce mercredi 10 février à la Nordev

Pour la 6ème année consécutive, les Experts-comptables et les Notaires de La Réunion animent une conférence sur la Loi de Finances. Organisé ce mercredi 10 février de 14h00 à 17h00, au Parc des expositions de Saint-Denis, l’événement apportera un éclairage sur les nouveautés fiscales 2016.

La conférence sera également l’occasion d’informer sur les changements relatifs aux dispositifs d’aides spécifiques à l’outre-mer et sur la prime à l’embauche annoncée mi-janvier par le gouvernement.

Chaque année, ce sont plus de 300 dirigeants d’entreprises réunionnaises qui participent à la conférence organisée conjointement par la Chambre des Notaires de La Réunion et le Conseil Régional de l’Ordre des Experts-comptables. Au cours de l’événement, des professionnels des deux institutions décryptent les nouveautés fiscales apportées par la loi de Finances.

Pour cette année, le public sera notamment informé sur :

–       Les modifications apportées sur les aides fiscales pour l’investissement outre-mer (logement social et investissement productif)

–       Les nouvelles modalités d’obtention du CICE

–       Le relèvement des seuils qui déterminent les prélèvements fiscaux des TPE et PME

–       La déduction fiscale exceptionnelle en faveur de l’investissement industriel Les nouveaux crédits d’impôt dans le domaine de la recherche et le secteur de la restauration

–       les régimes d’imposition attractifs pour les entreprises en cas de départ à la retraite du dirigeant

–       Le nouveau seuil d’application de la TVA sur les ventes à distance qui s’opèrent dans l’environnement européen

–       Les plus-values immobilières

–       La réduction du délai d’indisponibilité du prix de cession d’un fonds de commerce

Interviendra également au cours de la conférence un Inspecteur divisionnaire à la Direction Régionale des Finances Publiques.

Optimisation des Opérations de Maintenance dans les PME : Vous avez dit G.M.A.O. ?

Initialement dédiée aux activités « industrielles », les outils de gestion de maintenance  concernent aujourd’hui tous les secteurs d’activité, du tertiaire, aux établissements de santé en passant par le tourisme, l’agro-alimentaire, les activités de logistique et de transport, le commerce ou encore les activités de construction.

La gestion de la maintenance est depuis longtemps ouverte, efficace, flexible et … informatisée.

Vous avez dit G.M.A.O ?

G.M.A.O. : Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur, les solutions logicielles telles que celles proposées par Dimo Maint, société spécialisée dans le domaine, ont fait leurs preuves depuis longtemps et accompagnent les services de maintenance de grandes entreprises mais aussi des PME et TPE.

Quel que soit le volume des actifs à gérer, et le niveau de maintenance requis, les outils de GMAO sont devenus des outils incontournables du système d’information d’une entreprise.

 

La GMAO, un outil de gestion des actifs de production et d’exploitation :

La maintenance vise à maintenir ou à rétablir un bien dans un état spécifié afin que celui-ci soit en mesure d’assurer un service déterminé.

La maintenance regroupe ainsi les actions de dépannage, réparation, réglage, révision, contrôle et vérification.

Qu’elle soit « corrective », « préventive », « évolutive » ou « adaptative », la GMAO permet de tracer, archiver et analyser toutes les actions menées sur un parc de machines, de véhicules ou sur des bâtiments.

 

Une GMAO pour quoi faire ? :

Les bénéfices de la mise en place d’une GMAO sont multiples :

. Elle permet en premier lieu d d’augmenter la disponibilité des équipements, de limiter les temps d’immobilisation et de cette façon mieux gérer et préserver le patrimoine de l’entreprise.

. Les travaux de maintenance sont rationalisés, les grands arrêts préparés et les risque d’interventions curatives d’urgence limités.

. Avec une bonne GMAO, il n’est plus nécessaire de détenir des stocks inutiles de pièces détachées, ceux-ci sont adaptés aux besoins planifiés et les coûts de stockage sont limités (estimation de réduction des stocks de 10 à 45 % en moyenne).

. Les ressources humaines, qu’elles soient internes ou externes sont elles aussi  optimisées grâce à une meilleure maîtrise des plannings et une plus forte responsabilisation des prestataires (des coûts « hors contrat » mieux maîtrisés permettent d’obtenir des économies importantes sur le coût global d’un prestataire).

 

Ces bénéfices opérationnels et techniques se traduisent bien évidemment par des bénéfices financiers et un retour sur investissement rapide (on estime que des équipements pilotés par GMAO voient leur durée de vie augmenter de 10 à 15 % en moyenne), mais aussi par des améliorations sensibles en matière d’organisation et de qualité.

 

En effet, mettre en place une GMAO s’est aussi s’assurer une meilleur fluidité des interventions, fiabiliser les processus  et gagner en qualité, notamment dans le cadre d’une démarche de certification.

 

Des solutions adaptées à la taille et aux besoins des entreprises :

Les besoins des entreprises sont très différents selon leur taille et leurs besoins spécifique et les éditeurs de logiciels de GMAO l’ont bien et compris.

Dimo Maint propose par exemple des solutions très complètes et ultra économiques pour les petites entreprises qui souhaitent une gestion simplifiée mais efficace de leurs équipements, mais aussi des solutions plus flexibles, modulables et personnalisables à destination des plus grosses structures.

 

A l’heure où la qualité et l’efficacité sont synonymes de rentabilité, plus d’hésitations, passez à la GMAO !

 

Si vous souhaitez en savoir plus, votre partenaire FORMAT organise un atelier le 26 novembre (matinée) au « Mercure Créolia » de Saint-Denis ainsi que le 28 novembre (matinée) au « Boucan Canot » à Saint-Gilles les bains.

 

Alors inscrivez-vous en contactant votre partenaire FORMAT au 02.62.42.67.89. ou par mail : service.commercial@format.fr.

 

Nicolas Hesnard

Maîtriser sa trésorerie : Une question de survie dans les PME

En ces temps de ralentissement économique, le cash, nerf de la guerre, se fait plus rare et plus difficile à maîtriser.  Une démarche prévisionnelle fiable et la mise en place d’outils simples mais efficaces sont indispensables pour anticiper et maintenir la confiance des banquiers.

Le défaut de paiement par manque de trésorerie est la cause principale des faillites d’entreprise en France.

La crise qui sévit actuellement amplifie de manière dramatique ce mécanisme déjà destructeur lorsque la conjoncture est favorable.

Pour les PME, de grande taille ou plus modestes, la bonne maîtrise et l’anticipation de leur trésorerie est tout simplement une question de survie.

Les principales causes de la dégradation de la trésorerie sont bien connues :

. L’activité est tout simplement en baisse alors que les charges fixes restent élevées et génèrent des besoins de trésorerie importants.

. La rentabilité est moins bonne : Crise oblige, les entreprises sont contraintes à consentir des efforts commerciaux et financiers qu’elles ne peuvent assumer.

. Le Besoin en fonds de roulement se dégrade avec un délai de paiement client qui se rallonge et n’est pas maîtrisé ou bien à cause d’un niveau de stock trop élevé et qui n’est plus en adéquation avec l’activité de l’entreprise.

. L’entreprise ne fait pas assez appel au crédit bancaire et finance trop d’investissements sur ses fonds propres.

. Parfois, c’est aussi tout simplement une crise de croissance qui génère une augmentation du besoin en fonds de roulement, alors que les ressources deviennent insuffisantes pour financer l’exploitation.

Une seule solution : Gérer et Anticiper avec des outils simples.

Une bonne gestion de trésorerie permet d’atteindre plusieurs objectifs :

. Elle permet d’assurer les disponibilités liquides de l’entreprise et de faire face aux échéances

. Elle permet aussi de réduire les coûts des services bancaires (intérêts débiteurs, commissions sur découvert, etc…)

. Elle est aussi le socle sur lequel pourra se construire une relation bancaire de confiance.

Un plan de trésorerie glissant correctement réalisé sur un outil de gestion adapté permettra d’avoir une bonne vision au jour le jour des encaissements et décaissements à venir.

La maîtrise du besoin en fonds de roulement passe aussi par une gestion saine du poste client, par des procédures de relance efficaces et par une bonne maîtrise des stocks.

Enfin tout dirigeant, même s’il n’est pas un financier, doit « sentir »ses coûts en restant en permanence informé des différents postes de dépenses,.

Il doit pouvoir disposer, de manière hebdomadaire, d’un tableau de bord de trésorerie simple, qui pourra lui permettre d’anticiper rapidement un éventuel problème de trésorerie.

Il est tout à fait possible, au travers de financements de type FRAC, de se faire accompagner par des spécialistes pour mettre en place des outils de gestion de trésorerie dans les entreprises.

 

Nicolas Hesnard
Article repris avec l’aimable autorisation de Format.
Article publié sur le site de format :
http://format.fr/actualites.php?id=14&m=10&a=2013

SEPA, 1er février 2014 : êtes-vous prêts ?

Le 1er février 2014, le  virement et le prélèvement SEPA (Single Euro Payment Area ou espace unique européen des paiements) deviennent obligatoires pour l’ensemble des paiements en euros, à l’intérieur et entre les 32 pays européens de la zone SEPA.

L’ensemble des entreprises doit donc passe aux moyens de paiement SEPA le plus tôt possible et avant la date limite fixée au 1er février 2014 !

 Fin de migration obligatoire : J-165 !  (au 1er février 2014)

Vous effectuez ou recevez des règlements par virement ? Vous prélevez vos clients ?
La sauvegarde de votre trésorerie et de vos moyens de paiement dépend de la réussite de cette migration.

Mais au-delà des contraintes techniques que supposent cette migration (paramétrages IBAN), le passage au prélèvement SEPA au aussi des impacts juridiques et organisationnels majeurs.

Ceux-ci  impliquent  de nouvelles règles, obligations et responsabilités du côté du créancier et plus de vigilance du côté du débiteur.

Le saviez-vous ? : Le créancier devient le seul responsable de la conservation du mandat de prélèvement et de la gestion de son cycle de vie

Face à des délais très courts désormais, les entreprises de la Réunion doivent se mobiliser !

Soucieux d’informer les chefs d’entreprises et les managers de la Réunion des enjeux de cette migration majeure et urgente, ClasseAffaire.re vous invite à la manifestation Regards Croisés SEPA organisée par l’ARTIC, sponsorisé par l’entreprise FORMAT, qui aura lieu le jeudi 29 août 2013 de 8h30 à 11h au Mercure Créolia de Saint-Denis.

Intervenants :
Pierre CESAR, CAISSE d’EPARGNE
Johnny LATERRIERE, IEDOM

SEPA, SCT, SDD, IBAN, ICS, RUM, BIC sont encore des sigles obscurs pour vous ?

Alors : Inscrivez-vous !

Pour vous inscrire avant le 28/08/2013 ou toute précision, contactez Virginie Bigalli par mail virginie.bigalli@artic.asso.org ou au 0262 92 24 50.