Category

Sécurité et environnement

Category

Pour la seconde année consécutive, Brasseries de Bourbon publie son rapport développement durable

Les actions menées portent déjà leurs fruits dans certains domaines et des efforts sont continuellement fournis pour sans cesse améliorer les résultats.

Le Développement Durable fait partie de l’ADN des Brasseries de Bourbon. En effet, le brasseur de la célèbre bière Dodo investit depuis de nombreuses années dans toutes les composantes du développement durable, à savoir l’économie, l’emploi et l’environnement. Inclure le développement durable dans sa stratégie d’entreprise fait ainsi partie intégrante de son activité depuis bientôt 10 ans. En 2017, l’entreprise avait présenté pour la première fois ses objectifs dans ce domaine au grand public. Une année plus tard, à quelques jours de la Semaine Européenne de Développement Durable, certains d’entre eux ont été ou sont en passe d’être atteints. Pour Doron Wijnschenk, directeur général « Le développement durable est un voyage, pas une destination ». La route est longue, mais l’entreprise locale a déjà parcouru un joli bout de chemin. Retour sur cette dernière année d’actions.

L’engagement de la célèbre entreprise locale ne date pas d’hier, comme en attestent l’obtention de la certification ISO 14001 (management environnemental) en 2010, la pérennité de son système de réutilisation des bouteilles depuis plus de 50 ans, ou encore la création de l’association « Avec Modération ! Réunion » il y a maintenant 15 ans. C’est cependant en 2008 que les objectifs Développement Durable se structurent et depuis 2011 que Brasseries de Bourbon rédige chaque année un rapport de Développement Durable. Dévoilé publiquement l’an passé, ce dernier se concentre sur 6 engagements phares, à savoir : protéger les ressources en eau, réduire les émissions de CO2, s’approvisionner de façon durable, promouvoir la consommation responsable, assurer la santé et la sécurité et enfin s’engager localement.

Un engagement local fort

Brasseries de Bourbon est une entreprise bien connue des Réunionnais. Parmi ses différents produits, la bière Dodo est une marque de référence sur l’île. L’entreprise représente aujourd’hui 260 emplois directs et plus de 2 000 emplois indirects à La Réunion. Pour chaque emploi direct, ce sont ainsi 7 emplois indirects qui sont soutenus.

De plus, 40% des achats des Brasseries proviennent d’entreprises réunionnaises afin de promouvoir et soutenir l’économie locale. Parmi les achats locaux, on compte par exemple des plastiques, des cartons, ou encore du sucre, dont 100% provient de la canne réunionnaise.

Leader de la production…

Depuis sa création en 1962, Brasseries de Bourbon a mis en place un système de collecte des bouteilles de Dodo pour réutilisation. Véritable cercle vertueux pour l’emploi indirect, pour l’environnement et pour l’entreprise, ce système précurseur de l’économie circulaire à la Réunion fonctionne encore très bien de nos jours. Dans l’île, pas moins de 9 entreprises de collecte récupèrent les bouteilles vides auprès des cafés, hôtels, restaurants et des particuliers pour les revendre aux Brasseries de Bourbon. En milieu d’année 2015, suite au changement de design des bouteilles de Dodo, une baisse significative de collecte avait été constatée, faisant fortement diminuer le taux de retour à 59% fin 2016. Mais cette année, on ne peut que constater que le réflexe est à nouveau pris par les Réunionnais et collecteurs puisque les Brasseries ont atteint l’objectif de 70% de bouteilles réutilisées qu’elles s’étaient fixé pour 2017.

Parmi les améliorations liées à la production durant l’année 2017, on note que les préformes et les bouchons de toutes les boissons gazeuses fabriquées localement ont été changés. La quantité de plastique nécessaire à leur fabrication a été réduite : ainsi une baisse de 5% a été réalisée, soit 67 tonnes de plastiques utilisées en moins.

…et de la consommation responsable

Brasseries de Bourbon s’efforce de proposer la meilleure offre de boissons possible, afin que le consommateur puisse avoir une large palette de choix de qualité, pour toutes les occasions. Les équipes cherchent constamment des solutions pour réduire la teneur en sucre des recettes tout en préservant le goût savoureux de chacun des produits. Une gamme de boissons sans sucre est également disponible.

Un travail est fait sur les formats : grands formats à partager, ou plus petits pour conserver un maximum de qualité tout en proposant une moindre quantité et ainsi réguler sa consommation.

Qui dit « consommation responsable » dit également consommation responsable en termes d’alcool, qui fait également partie des engagements phares de l’entreprise. En 2017, cinq nouvelles bières sans ou à faible teneur en alcool ont été lancées (par exemple avec le lancement de Bourbon 0,0% Maxx, avec zéro alcool, ou avec de nouveaux parfums de Radler). Mais l’action des Brasseries de Bourbon ne s’arrête pas là. En 2017, 11 000 personnes ont été touchées par le message de consommation responsable porté par l’association « Avec Modération ! Réunion », lors des opérations pique-nique promouvant les repères de consommation 2.3.4.0 (repères de consommation d’alcool à moindre risque, présentation des unités d’alcool et cas pratiques) ou des opérations dans les établissements de nuit pour encourager le conducteur désigné, qui ne boira pas.

Assurer la santé et la sécurité du personnel

Brasseries de Bourbon se préoccupe grandement de la santé et de la sécurité des consommateurs mais également de ses salariés. En 2017, 6 accidents de travail ont été recensés, soit 1 de plus qu’en 2016. Pourtant l’entreprise ne cesse d’évoluer en termes de méthodologies et de sensibiliser ses salariés afin de diminuer ces risques. L’ensemble de ces mises en place représente un travail de longue haleine qui doit porter ses fruits à long terme. 

Ainsi en 2017, 31 personnes ont été formées au programme Behavior-Based Safety (BBS), un programme qui se concentre sur le comportement des salariés. En 10 mois, ces observateurs- salariés ont mené 286 observations pour analyser les comportements de leurs collègues face à leurs postes de travail. Sur plus de 3200 comportements observés, 87% étaient sûrs et respectaient les règles de sécurité.

L’idée ici est de responsabiliser, valoriser et récompenser les comportements sûrs. Pour son action, Brasseries de Bourbon a ainsi intégré le centre d’excellence du groupe Heineken sur le sujet de la sécurité au niveau international. Ce centre regroupe les expertises des filiales à travers le monde afin de servir de modèles et de référence en termes de conseils et bonnes pratiques. C’est donc un signe de reconnaissance important pour l’entreprise locale, qui est très fière d’en faire partie.

Une vision sur la durée

Toutes ces actions sont le reflet d’un engagement à long terme de Brasseries de Bourbon qui en 2008 s’était projetée sur de grands objectifs à atteindre.

On remarque ainsi que certains points sont en très bonne voie (collecte et réutilisation des bouteilles en verre, approvisionnement responsable, par exemple). D’autres axes prioritaires ont été en revanche marqués par des résultats en deçà des espérances, comme la réduction des émissions de CO2 ou celle de la consommation d’eau, venant rappeler que ce travail au long cours nécessite une mobilisation de tous, à chaque instant.

Ces ambitions portées par Brasseries de Bourbon engagent ainsi chaque collaborateur, salarié, partenaire ou client à apporter sa pierre à l’édifice. Pour mener à bien ce projet, le brasseur allie transversalité et coopération et est en permanente recherche d’amélioration et d’innovation afin de trouver ensemble les solutions pour faire avancer les choses.

La 15ème édition de la SEDD aux couleurs des Objectifs de Développement Durable adoptés par les Nations Unies

Depuis 15 ans, la Semaine Européenne du Développement Durable (SEDD) se positionne comme LE rendez-vous incontournable entre les acteurs du Développement Durable et le grand public. Cette année, l’accent a été mis sur les 17 Objectifs de développement durable adoptés en 2015 par les Nations Unies.

Une centaine de projets, dont chacun doit répondre à au moins un des Objectifs, sont ainsi attendus sur l’ensemble de l’Île.

Un temps fort annuel de rencontres entre les acteurs « DD » et le grand public

Chaque année, la SEDD a pour ambition de créer un moment de partage entre les différents acteurs du Développement Durable, et de leur permettre d’aller à la rencontre du grand public. Une cohésion devenue de plus en plus significative au fil des années, puisque de nombreux acteurs portent désormais des projets de façon collective, pour mutualiser leurs compétences ainsi que l’organisation logistique d’un tel événement.

Ainsi, ce sont plus de cent projets qui sont attendus pour cette 15ème édition ; projets qui seront répartis sur l’ensemble de l’Île pour sensibiliser un maximum de réunionnais aux Objectifs de Développement Durable.

La SEDD est également l’occasion d’impliquer les enfants et les adolescents, puisque de nombreux projets leur sont destinés afin de les sensibiliser à l’importance d’une démarche « DD » dès le plus jeune âge.

Une implication qui commence avant même que la semaine soit officiellement lancée, puisque les écoles, collèges et lycées réunionnais sont mis à contribution pour la création de l’affiche. Chaque classe qui le souhaite peut participer en proposant une affiche créée par les élèves. Cette année, le comité de pilotage de la SEDD Réunion s’est réuni le 15 mai à la DEAL pour choisir les trois classes gagnantes et voter pour le dessin qui deviendra l’affiche officielle. Pour cette 15ème édition, c’est le lycée professionnel Jean Perrin de Saint-André qui a été désigné vainqueur et verra ainsi son œuvre affichée aux quatre coins de l’Île.

Répondre aux 17 objectifs de Développement Durable

Pour cette 15ème édition, la SEDD a souhaité contribuer à faire connaître les 17 objectifs de développement durable identifiés par la communauté internationale en 2015. Adoptée par les 193 États membres de l’ONU, cette feuille de route universelle du développement durable a été établie pour se fixer un programme clair à l’horizon 2030. Ces objectifs

Tous les projets inscrits cette année doivent permettre de promouvoir l’un des Objectifs fixés.

Un enjeu double pour la SEDD, car l’événement a aussi pour vocation de mobiliser le territoire et ses acteurs à l’approche des assises nationales de l’éducation à l’environnement et au développement durable qui auront lieu en 2018.

Infos pratiques
Dates : du 30 mai au 5 juin 2017
Inscription et consultation des projets : http://evenements.developpement-durable.gouv.fr/

Contact Presse

Fleur Postaire – fpostaire@runconcept.com 0692 52 35 36 – www.runconcept.com
Communiqué de presse
couvrent
l’intégralité des enjeux du développement durable tels que le climat, la biodiversité, l’énergie, l’eau mais aussi la pauvreté, l’égalité des genres, la prospérité économique ou encore la
paix, l’agriculture, l’éducation…
Focus : un Objectif, un projet

Cette année, chaque projet inscrit doit pouvoir répondre à l’un des 17 Objectifs de développement durable adoptés par les Nations Unies. Tour d’horizon des premiers projets inscrits.

Objectif n°4 : Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie
Projet : Défi-Handicap

Sensibilisation des personnes à mobilité réduite sur la Prévention des

déchets.
Au programme : plusieurs stands d’animations et des échanges avec les animateurs éco- citoyens de la C.A.Sud, sollicités pour sensibiliser les visiteurs au changement de comportement, notamment grâce à un quizz.
Organisateur : C.A.Sud (Communauté d’Agglomération du Sud)
Date : le 4 juin 2017
Public(s) : Tout public (Accès handicapé). Gratuit

Objectif n°6 : Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau
Projet : Journée annuelle de la pêche, de l’eau et des milieux aquatiques Rencontre avec les acteurs intervenant dans la gestion de l’eau et la protection des milieux aquatiques de La Réunion pour découvrir à leurs côtés les enjeux de la protection de notre fragile écosystème.

Au programme : nombreuses activités adaptées à toute la famille (initiation à la pêche à la ligne
, Jeux gonflables
, Concerts…).
Organisateur : Fédération de la Pêche (AAPPMASA)
Date : le 4 juin 2017

Lieu : sur les berges du plan d’eau du Colosse Public : Tout public (Accès handicapé). Gratuit

Objectif n°7 : Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à coût abordable
Projet : Chasse aux transports
Jeu éducatif grandeur nature / concours entre classes de CM1-CM2, organisé pour sensibiliser à la pratique de la mobilité durable et aux notions de sécurité routière et de comportements citoyens responsables.

Au programme : rassemblement public en utilisant deux modes de déplacement durable (marche + bus), tour des ateliers proposés sur le lieu de rassemblement et présentation au jury d’un bus électrique préalablement construit en classe.
Organisateur : Syndicat Mixte de Transports de La Réunion

Date : 1er juin
Lieu : Parc de la Trinité, Saint-Denis Public : jeunes /étudiants

Contact Presse

Fleur Postaire – fpostaire@runconcept.com 0692 52 35 36 – www.runconcept.com
Communiqué de presse
Objectif n°11 : Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables
Projet : Journées éco-citoyennes
Forum organisé pour sensibiliser les habitants du quartier aux problématiques de la gestion du tri sélectif et au recyclage des déchets, aux économies d’énergie, à la réduction du gaspillage et à l’économie circulaire.
Communiqué de presse
Au programme
remise de kits ampoules basses consommation, atelier bricothèque, atelier de Santé… Organisateurs : Contrat de Ville de la mairie de Saint-Louis en partenariat avec le réseau GRANDDIR
Date : 2 juin
Lieu : esplanade de la cité Kayamb et du City Stade du Gol
Public : tout public. Entrée gratuite.

Objectif n°12 : Établir des modes de consommation et de production durables
Projet : Troc Plantes
Favoriser le troc et inciter au jardinage, à la protection de la nature et de la biodiversité dans la communauté scolaire. Au programme : échange de plantes amenées par les élèves et les adultes du collège (apporter au moins

une plante en pot à échanger)
Organisateur : collège Joseph Suacot, Petite-Île Date : 1er juin 2017
Public : Jeunes / étudiants (Accès handicapé). Gratuit

Objectif n°13 : Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions
Projet : Ciné-débat « Avant le déluge »
Au programme : ciné-débats au tour de la projection du film « Avant le déluge ». Une façon originale de sensibiliser le grand public mais aussi particulièrement les jeunes

Organisateur : La cité des Métiers, Saint-Pierre
Date : 1er juin 2017. Première séance de 8h30 à 12h
 et deuxième séance de 13h à 16h30 Public : Tout public (Accès handicapé). Gratuit

Objectif n°14 : Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable
Projet : Mer de demain

Dans une salle de 50 m2, l’artiste plasticienne Béatrice Neirinckx invite le

visiteur à se promener dans un parcours « subaquatique » construit avec des déchets ramassés en bord de mer. L’œuvre, qui a demandé 2 ans de travail doit amener le visiteur à se poser la question : 
« Que puis-je faire pour que cela s’arrête ? » Organisateur : Collège Paul Hermann, Saint-Pierre
Date : 3 juin 2017 de 9h à 15h30
Public : Tout public (Accès handicapé). Gratuit

Toilettage Durable : ouverture de Crocsmignons à La Possession

Jusqu’à aujourd’hui, il n’y avait aucun salon de toilettage entre Saint-Denis et Saint-Paul. Crocsmignons vient combler ce manque en ouvrant ses portes à La Possession. En plus d’être le seul salon de toilettage canin/félin dans cette zone, Crocsmignons est également le premier à utiliser des produits 100% développement durable pour le bien-être de nos compagnons à quatre pattes.

Un espace dédié au bien-être des chiens et des chats
L’aspect esthétique n’est pas la seule raison qui fait qu’un maitre emmène son animal chez le toiletteur. Cela permet aussi et surtout d’entretenir sa santé et de s’assurer de son bien-être. Un bon entretien permet de prévenir certains problèmes dermatologiques (parasitaires, démangeaisons…). De par la proximité qu’il a avec l’animal, le toiletteur pourra déceler certains de ces problèmes ou alerter le propriétaire sur des lésions passées jusque-là inaperçues.
En poussant les portes de Crocsmignons, les premiers clients ont découvert un tout nouveau salon de toilettage dédié aux chiens et aux chats de toutes races et de toutes tailles. Créé pour répondre à une demande croissante, le salon est situé à La Possession, au niveau du rond point Saint-Laurent en direction du centre-ville. Il vient ainsi combler un manque réel, puisque jusqu’alors, il n’y avait aucun salon de toilettage entre Saint-Denis et Saint-Paul.

Le premier salon de toilettage de l’Ouest à utiliser des shampoings aux huiles essentielles
En plus de sa localisation de choix, le salon a pour particularité d’utiliser et de proposer à la vente uniquement des produits naturels. Développés par des vétérinaires après plusieurs années de recherche, les shampoings utilisés sont conçus à base d’huiles essentielles. Ils permettent d’entretenir les poils des chiens et des chats, tout en étant adaptés aux propriétés de leur peau. « Il était important de choisir les produits les plus naturels possible, car le bien-être de nos animaux passe avant tout par leurs poils, ainsi que par leur alimentation », précise Karine Furcy, toiletteuse de Crocsmignons qui exerce depuis 10 ans dans le métier. Ainsi, la gamme de croquettes proposée à la vente est sans OGM, sans conservateur et non testée sur les animaux. « J’utilise également un diffuseur de phéromones apaisantes dans le salon afin de détendre les animaux, le toilettage pouvant être perçu par certains comme un moment stressant », conclut-elle.
Dans la démarche développement durable, une partie du mobilier a été conçue avec des matériaux récupérés et transformés. En plus des produits d’entretien et d’alimentation, le salon vend des accessoires (sellerie, caisses de transports, paniers, jouets…) pour proposer à la clientèle l’offre la plus large possible.

Infos pratiques
Adresse : 84 rue Mahatma Gandhi – La Possession
Horaires : du mardi au samedi, de 9h à 12h et de 14h à 18h (sauf le mardi jusqu’à 16h). Fermé le lundi et le jeudi après-midi.
Page Facebook : Crocsmignons
Pour prendre rendez-vous : 0262 33 03 06

La prévention des risques au coeur de l’activité de SAE

La protection individuelle des salariés est au coeur de l’activité de SAE. Portant haut ses exigences en matière de conseil, la société dispense régulièrement des sessions de formation auprès de ses salariés. Elle se rend aussi très fréquemment dans des salons internationaux pour rechercher des solutions adaptées et innovantes aux besoins des professionnels réunionnais.

Dans un souci de prévenir les risques auxquels sont exposés de nombreux professionnels, SAE – précurseur et leader depuis 20 ans dans le secteur de l’équipement de protection individuel (EPI) à La Réunion – organise régulièrement des sessions de formation à destination de ses salariés. La dernière s’est tenue ce mercredi 7 octobre et portait sur le matériel à recommander et les conseils à donner pour limiter les risques de chutes de hauteur. Celles-ci sont aujourd’hui très encadrées par la législation européenne, avec pas moins de douze normes en vigueur, et concernent plus d’un salarié sur trois.

Les chutes de hauteur sont malheureusement très fréquentes dans les milieux professionnels. Selon les dernières données de l’INRS, elles constituent « la deuxième cause de mortalité au travail et la troisième cause d’incapacité permanente et d’arrêts de travail ».

En 2014, on déplorait en France près de 72 000 accidents ayant occasionné plus de 6 millions de jours d’arrêt de travail. Et deux des sept accidents de travail mortels survenus en 2013 à La Réunion étaient liés à une chute de hauteur.

Pour limiter ce genre d’événements dramatiques et palier l’absence ou l’insuffisance de protection collective, la législation impose le port d’équipements de protection individuels (EPI). Au-delà des casques de chantier et des chaussures de sécurité – les plus connus parmi les EPI -, il est donc aussi question de protections antichute tels que les harnais, longes, ceintures et connecteurs…

Forte d’une équipe de 20 collaborateurs et d’un catalogue riche de plus de 2 000 références, SAE cherche avant tout à conseiller en matière d’EPI et à bien équiper les salariés réunionnais. D’où sa participation à des salons internationaux comme Expo Protection à Paris ou A+A à Düsseldorf. L’investissement de l’entreprise en formation, largement supérieur au seuil légal, et en veille vise un double objectif : amener les professionnels à exercer leur métier dans les meilleures conditions possibles et accompagner les chef d’entreprises à tendre vers le risque « zéro accident ».

L’immeuble Darwin remporte le Prix d’architecture de la Réunion !

Organisé par l’Ordre des Architectes de la Réunion, le Prix d’Architecture de la Réunion met en avant des réalisations architecturales de qualité à la Réunion. L’objectif est de promouvoir l’architecture et sensibiliser le grand public au savoir-faire de tous les acteurs de la construction.

Cette année, 57 réalisations ont été évaluées par le jury qui, après une première délibération, n’a retenu que 22 opérations réparties en 5 catégories.

L’opération Darwin, nominée dans la catégorie des « cases à vocation professionnelle », a été primée lors de la soirée de Gala du 6 juin dernier au Port et remporte ainsi le prix d’architecture 2014 dans sa catégorie.

Née sous l’impulsion de COTEL Ingénierie, l’immeuble Darwin vise à promouvoir une architecture durable, confortable, économique et à mettre en avant son savoir faire en la matière. Elle regroupe sous le même toit les sociétés COTEL, FEDT, GAA et COREX afin d’y établir pour la majorité leur siège. Le bâtiment comporte 4 niveaux sur 1 niveau de parking. Chaque société possédant un plateau. Les sociétés COTEL et FEDT sont reliées par un escalier. Au départ, les concepteurs se sont fixés d’atteindre à minima les objectifs PERENE et devant des simulations thermiques dynamiques et aéraulyques encourageantes, le projet a été inscrit au programme PREBAT de l’ADEME (plateforme de Recherche et d’Expérimentation dans le Bâtiment) dont il fut lauréat.

Des solutions techniques efficaces ont été mises en oeuvre :

  • Emploi généralisé des jalousies offrant un bon contrôle des flux d’air mais aussi permettant de parvenir à une ventilation naturelle permanente et notamment la nuit pour des locaux frais à l’heure d’embauche.
  • La structure en béton a été optimisée et rationalisée aussi bien pour des motifs économiques qu’environnementaux. La mise en oeuvre d’un minimum de matière était un impératif.
  • Les façades les moins exposées sont peintes d’une couleur claire, les plus exposées reçoivent soit un bardage en tôle de type Ondulit (performant thermiquement) avec une lame d’air ventilée ou une double peau en treille métallique végétalisée.
  • La toiture métallique sèche est isolée par 100 mm de laine verre et reçoit un parement bois en sous face.
  • Production d’électricité d’une puissance de 62 kWc grâce à la surtoiture de 248 panneaux photovoltaïques polycristallins connectés sur le réseau
  • Gestion de l’éclairage par détection de présence
  • Mise en place d’une GTC avec un suivi en direct, alertes et bilans périodiques mesurant la production photovoltaïque, la consommation électriques par différents postes, couplée :
    – A la station météorologique mesurant l’ensoleillement, l’hygrométrie, le vent et la température)
    – Aux 4 sondes intérieures mesurant la chaleur rayonnante, l’hygrométrie, la vitesse de l’air (acquisition par l’Ademe à hauteur de 70%)
  • Ascenseur à récupération d’énergie lors de la descente de l’appareil
  • Récupération des eaux pluviales et stockage 2000 litres pour l’arrosage des espaces verts.

Avant le prix d’architecture de la Réunion, l’opération de l’immeuble Darwin avait déjà été remarquée en tant que lauréate de l’appel à projet PREBAT. Elle a reçu également la médaille d’argent BCO2 délivré par l’ADEME récompensant un excellent bilan carbone grâce aux matériaux employés, aux méthodes de mise en oeuvre et à la sobriété énergétique du bâtiment en exploitation.

Pour en savoir plus :

COTEL INGENIERIE
4, Rue Emile Hugot
BP60128
97492 Sainte-Clotilde Cedex

Tél.: 0262 97 50 97
www.cotel-ingenierie.com