Category

Entreprise

Category

Une journée pour imaginer l’entreprise de demain : le pari réussi des Red Samurai !

Chefs d’entreprise, cadres, collaborateurs, ils étaient une centaine comme attendu à la journée Katapulte organisée hier par la Team des Red Samourai, au jardin d’Eden à Saint-Gilles-les bains. Objectif : dresser collectivement le portrait du futur de son entreprise.

Pour cela, la journée fut divisée en deux temps : la matinée a été consacrée à une série d’ateliers ludiques visant à comprendre le contexte, partager les enjeux et explorer des exemples, des outils et des méthodes inspirantes pour favoriser la diversité et l’émergence d’idées. Les participants, venus seuls ou en groupe, ont été répartis de manière aléatoire dans 5 clans, chacun représenté par une couleur, un nom et « un cri de ralliement ». Parmi les notions les plus entendues : méthode agile, holacracy, itération, feedback ou encore reverse mentoring… Autant de concepts ayant fait leurs preuves dans des entreprises du monde entier et que les Red Samourai s’efforcent de démocratiser.

Après la théorie, place à la mise en pratique l’après-midi : chaque clan s’est lancé le challenge d’imaginer, dans sa globalité, son modèle d’entreprise idéale, en partant de l’identité, la forme de la structure, la gouvernance, la politique RH, le modèle économique.L’évènement s’est achevé par un cocktail pour remercier les participants, mais également pour fêter les deux ans de Red Samurai.

Pour les organisateurs, comme pour les participants, cette journée a été un véritable succès. Représentants de petites et grandes entreprises – comme EDF ou la Caisse d’Epargne – se sont associés le temps d’ateliers pour voir plus loin. Deux salariées de métropole ont même fait le déplacement spécialement pour Katapulte. « Cette journée confirme notre conviction qu’il y a un changement fondamental dans la façon d’imaginer l’entreprise du futur. Il y a un véritable intérêt pour les nouvelles tendances de management et d’organisation ; les Red Samurai veulent vraiment continuer à alimenter cette dynamique », précise Matthieu Fontaine, l’un de ses fondateurs.  Fort de ce premier challenge Katapulte – comprenez cette expérience multi-groupes sur une journée –  la team Red Samurai envisage évidemment de réitérer l’expérience.

A propos de

Il y a deux ans, huit entrepreneurs en quête de sens se sont lancés dans une exploration d’une nouvelle manière de collaborer, persuadés qu’il est possible de grandir dans une entreprise authentique, inspirée et inspirante. C’était le début de l’aventure RED SAMURAI.
Depuis, les projets se sont multipliés, les rencontres aussi. Nous avons accompagnés plus de 20 entreprises réunionnaises dans cette démarche de transformation vers une organisation recentrée sur les valeurs humaines.

Pour la seconde année consécutive, Brasseries de Bourbon publie son rapport développement durable

Les actions menées portent déjà leurs fruits dans certains domaines et des efforts sont continuellement fournis pour sans cesse améliorer les résultats.

Le Développement Durable fait partie de l’ADN des Brasseries de Bourbon. En effet, le brasseur de la célèbre bière Dodo investit depuis de nombreuses années dans toutes les composantes du développement durable, à savoir l’économie, l’emploi et l’environnement. Inclure le développement durable dans sa stratégie d’entreprise fait ainsi partie intégrante de son activité depuis bientôt 10 ans. En 2017, l’entreprise avait présenté pour la première fois ses objectifs dans ce domaine au grand public. Une année plus tard, à quelques jours de la Semaine Européenne de Développement Durable, certains d’entre eux ont été ou sont en passe d’être atteints. Pour Doron Wijnschenk, directeur général « Le développement durable est un voyage, pas une destination ». La route est longue, mais l’entreprise locale a déjà parcouru un joli bout de chemin. Retour sur cette dernière année d’actions.

L’engagement de la célèbre entreprise locale ne date pas d’hier, comme en attestent l’obtention de la certification ISO 14001 (management environnemental) en 2010, la pérennité de son système de réutilisation des bouteilles depuis plus de 50 ans, ou encore la création de l’association « Avec Modération ! Réunion » il y a maintenant 15 ans. C’est cependant en 2008 que les objectifs Développement Durable se structurent et depuis 2011 que Brasseries de Bourbon rédige chaque année un rapport de Développement Durable. Dévoilé publiquement l’an passé, ce dernier se concentre sur 6 engagements phares, à savoir : protéger les ressources en eau, réduire les émissions de CO2, s’approvisionner de façon durable, promouvoir la consommation responsable, assurer la santé et la sécurité et enfin s’engager localement.

Un engagement local fort

Brasseries de Bourbon est une entreprise bien connue des Réunionnais. Parmi ses différents produits, la bière Dodo est une marque de référence sur l’île. L’entreprise représente aujourd’hui 260 emplois directs et plus de 2 000 emplois indirects à La Réunion. Pour chaque emploi direct, ce sont ainsi 7 emplois indirects qui sont soutenus.

De plus, 40% des achats des Brasseries proviennent d’entreprises réunionnaises afin de promouvoir et soutenir l’économie locale. Parmi les achats locaux, on compte par exemple des plastiques, des cartons, ou encore du sucre, dont 100% provient de la canne réunionnaise.

Leader de la production…

Depuis sa création en 1962, Brasseries de Bourbon a mis en place un système de collecte des bouteilles de Dodo pour réutilisation. Véritable cercle vertueux pour l’emploi indirect, pour l’environnement et pour l’entreprise, ce système précurseur de l’économie circulaire à la Réunion fonctionne encore très bien de nos jours. Dans l’île, pas moins de 9 entreprises de collecte récupèrent les bouteilles vides auprès des cafés, hôtels, restaurants et des particuliers pour les revendre aux Brasseries de Bourbon. En milieu d’année 2015, suite au changement de design des bouteilles de Dodo, une baisse significative de collecte avait été constatée, faisant fortement diminuer le taux de retour à 59% fin 2016. Mais cette année, on ne peut que constater que le réflexe est à nouveau pris par les Réunionnais et collecteurs puisque les Brasseries ont atteint l’objectif de 70% de bouteilles réutilisées qu’elles s’étaient fixé pour 2017.

Parmi les améliorations liées à la production durant l’année 2017, on note que les préformes et les bouchons de toutes les boissons gazeuses fabriquées localement ont été changés. La quantité de plastique nécessaire à leur fabrication a été réduite : ainsi une baisse de 5% a été réalisée, soit 67 tonnes de plastiques utilisées en moins.

…et de la consommation responsable

Brasseries de Bourbon s’efforce de proposer la meilleure offre de boissons possible, afin que le consommateur puisse avoir une large palette de choix de qualité, pour toutes les occasions. Les équipes cherchent constamment des solutions pour réduire la teneur en sucre des recettes tout en préservant le goût savoureux de chacun des produits. Une gamme de boissons sans sucre est également disponible.

Un travail est fait sur les formats : grands formats à partager, ou plus petits pour conserver un maximum de qualité tout en proposant une moindre quantité et ainsi réguler sa consommation.

Qui dit « consommation responsable » dit également consommation responsable en termes d’alcool, qui fait également partie des engagements phares de l’entreprise. En 2017, cinq nouvelles bières sans ou à faible teneur en alcool ont été lancées (par exemple avec le lancement de Bourbon 0,0% Maxx, avec zéro alcool, ou avec de nouveaux parfums de Radler). Mais l’action des Brasseries de Bourbon ne s’arrête pas là. En 2017, 11 000 personnes ont été touchées par le message de consommation responsable porté par l’association « Avec Modération ! Réunion », lors des opérations pique-nique promouvant les repères de consommation 2.3.4.0 (repères de consommation d’alcool à moindre risque, présentation des unités d’alcool et cas pratiques) ou des opérations dans les établissements de nuit pour encourager le conducteur désigné, qui ne boira pas.

Assurer la santé et la sécurité du personnel

Brasseries de Bourbon se préoccupe grandement de la santé et de la sécurité des consommateurs mais également de ses salariés. En 2017, 6 accidents de travail ont été recensés, soit 1 de plus qu’en 2016. Pourtant l’entreprise ne cesse d’évoluer en termes de méthodologies et de sensibiliser ses salariés afin de diminuer ces risques. L’ensemble de ces mises en place représente un travail de longue haleine qui doit porter ses fruits à long terme. 

Ainsi en 2017, 31 personnes ont été formées au programme Behavior-Based Safety (BBS), un programme qui se concentre sur le comportement des salariés. En 10 mois, ces observateurs- salariés ont mené 286 observations pour analyser les comportements de leurs collègues face à leurs postes de travail. Sur plus de 3200 comportements observés, 87% étaient sûrs et respectaient les règles de sécurité.

L’idée ici est de responsabiliser, valoriser et récompenser les comportements sûrs. Pour son action, Brasseries de Bourbon a ainsi intégré le centre d’excellence du groupe Heineken sur le sujet de la sécurité au niveau international. Ce centre regroupe les expertises des filiales à travers le monde afin de servir de modèles et de référence en termes de conseils et bonnes pratiques. C’est donc un signe de reconnaissance important pour l’entreprise locale, qui est très fière d’en faire partie.

Une vision sur la durée

Toutes ces actions sont le reflet d’un engagement à long terme de Brasseries de Bourbon qui en 2008 s’était projetée sur de grands objectifs à atteindre.

On remarque ainsi que certains points sont en très bonne voie (collecte et réutilisation des bouteilles en verre, approvisionnement responsable, par exemple). D’autres axes prioritaires ont été en revanche marqués par des résultats en deçà des espérances, comme la réduction des émissions de CO2 ou celle de la consommation d’eau, venant rappeler que ce travail au long cours nécessite une mobilisation de tous, à chaque instant.

Ces ambitions portées par Brasseries de Bourbon engagent ainsi chaque collaborateur, salarié, partenaire ou client à apporter sa pierre à l’édifice. Pour mener à bien ce projet, le brasseur allie transversalité et coopération et est en permanente recherche d’amélioration et d’innovation afin de trouver ensemble les solutions pour faire avancer les choses.

La plateforme de location entre particuliers Nouloutou se rapproche du leader métropolitain TravelCar.

La plateforme de location entre particuliers Nouloutou accélère son développement en signant un partenariat avec le Leader Français d’auto-partage TravelCar.

Un rapprochement gagnant-gagnant
La plateforme de location entre particuliers Nouloutou créée en 2016 à La Réunion connaît depuis quelques mois une forte croissance, avec une progression moyenne mensuelle de 50% ! D’excellents résultats boostés fin 2017 par l’ouverture d’un parking de 300 places dans les hauts de Sainte-Marie permettant aux adhérents de la plateforme de louer leur véhicule pendant leur séjour hors département.

En signant un partenariat avec le leader français d’auto-partage Travelcar (présent dans plus de 70 pays), Nouloutou bénéficiera désormais du référencement de son parking via les sites internet des compagnies aériennes Corsair et Air Austral et aura également accès aux utilisateurs TravelCar, soit plus d’un million de personnes à travers le monde.

Pour la plateforme métropolitaine, c’est l’opportunité de se développer sur notre territoire tout en bénéficiant du soutien d’un partenaire disposant d’une excellente connaissance du marché réunionnais. Désormais, tout particulier souhaitant louer un véhicule à La Réunion via TravelCar s’adressera à un propriétaire Nouloutou.

La location entre particuliers, un concept qui séduit de plus en plus d’utilisateurs
Apparu dans les années 2000 en métropole, l’auto-partage connaît logiquement une forte croissance dans notre île. Ce système permet en effet d’alléger les coûts liés à la possession d’un véhicule alors que les besoins en location de voitures ne cessent d’augmenter, directement liés à la reprise du secteur touristique (plus d’un demi-million de visiteurs en 2017).

Avec ses 10 000 utilisateurs enregistrés en moins de 18 mois, Nouloutou entend bien développer d’autres créneaux dans le secteur de la location entre particuliers, notamment l’hébergement et plus particulièrement la location saisonnière. Sa plateforme connaît à ce jour 500 à 600 connexions quotidiennes et bénéficient d’excellents retours avec 250 000 euros reversés aux propriétaires depuis le lancement du site, laissant présager des perspectives de croissance intéressantes.

Une étape importante dans le développement de Nouloutou
Avec ce partenariat signé avec TravelCar, Nouloutou consolide sa place de leader dans la location de voitures entre particuliers à La Réunion. L’entreprise réunionnaise envisage d’autre part une levée de fonds au cours de l’année afin d’accroître sa position sur ses trois pôles actuels (parking, location de voitures, location d’hébergements) et de réaliser un développement sur d’autres territoires.

Red Samuraï lance KATAPULTE, une journée d’immersion pour explorer l’entreprise de demain

Le 19 avril 2018, à St-Gilles les Bains, se tiendra KATAPULTE, un événement inédit destiné aux dirigeants, entrepreneurs et collaborateurs réunionnais. L’objectif de cette journée est de leur permettre de se projeter dans le futur de l’entreprise. Les révolutions déjà initiées sont amenées à bouleverser le monde du travail et nous devons nous préparer à ces changements majeurs.

Pour accueillir ces mutations profondes, Red Samuraï organise pour la première fois à La Réunion une journée entière d’expériences, de rencontres et d’échanges. KATAPULTE prendra la forme d’un défi qui sera le catalyseur de questionnements, de solutions et de motivation collective.

Les Red Samuraï proposeront aux participants une expérience différente d’une conférence classique, adaptée aussi bien aux besoins individuels des dirigeants et managers, qu’à la cohésion de leurs équipes. C’est pourquoi les entreprises qui s’inscrivent en groupe bénéficient d’un tarif préférentiel.

Parmi les thèmes qui seront abordés et expérimentés à travers des outils et techniques d’animation favorisant l’intelligence collective et l’agilité : les clés de succès pour bien travailler avec les nouvelles générations (Y, Z),  les nouvelles méthodes de management favorisant aussi bien la qualité de vie au travail que la performance de l’entreprise, la motivation par le jeu et la gamification, etc.

Un événement à ne surtout pas manquer !

Programme et inscription : http://red-samurai.re/katapulte/

Pour en savoir plus sur Red Samouraï : http://red-samurai.re/

En partenariat avec la CCI France-Maurice, L’Eco Austral publie le guide « investir à Maurice »

La CCI France-Maurice et le magazine régional L’Eco Austral annoncent la publication en exclusivité d’un supplément « Investir à Maurice » de 64 pages, diffusé avec le magazine économique en ce mois de février 2018, à Maurice, dans la zone océan Indien et en France.

Bien que d’autres guides soient déjà parus ces années précédentes, Catherine Dubreuil-Mitaine – présidente de la CCIFM, a tenu à souligner : « Il s’agit d’un outil de choix, car l’ensemble des informations est réuni dans un seul et même document. Par ailleurs, ces informations ont été actualisées et validées par des experts. Pour aller plus loin et ainsi répondre aux attentes particulières de chacun des lecteurs, des adresses et liens sont répertoriés dans le guide ».

La partie « guide » présente l’île Maurice dans le détail : histoire, culture, système politique, système juridique, système de santé, démographie, niveau de vie, système bancaire, système douanier. Elle se penche sur l’économie mauricienne, « diversifiée, ouverte et tertiaire », et les opportunités qu’elle présente, sur la création d’entreprise, la vie et le travail à Maurice, l’immobilier, la fiscalité, avec les derniers dispositifs s’adressant aux investisseurs et cadres expatriés.

En complément, L’Eco austral publie des entretiens et des analyses sectorielles. Parmi les entretiens, on peut citer ceux réalisés avec l’ambassadeur de France, Emmanuel Cohet, qui met l’accent sur l’axe Maurice-Réunion, avec le président de la SBM Holdings, Kee Chong Li Kwong Wing, qui annonce des informations exclusives, avec Sanjif Bhasin, CEO D’AfrAsia Bank, ou encore avec Younous Ravate, consul de Maurice à La Réunion…

Enfin, L’Eco austral se penche sur le secteur financier, qui doit se réinventer, sur le positionnement de Maurice en Afrique, sur la Bourse, sur l’émergence des biotechnologies et sur les parts de marché des principales enseignes de grande distribution.

Ce partenariat exclusif avec l’Eco Austral satisfait pleinement la CCI France Maurice qui y voit une opportunité d’atteindre plus efficacement un de ses objectifs : l’aide à la collecte, la gestion et la distribution de données d’informations relatives à l’implantation des entrepreneurs à Maurice.

Rappelons que l’Eco Austral a participé au dernier débat organisé par la CCI France Maurice sur le thème de la « Silver économie » en tant qu’intervenant.

Pour en savoir plus sur l’EcoAustral : http://ecoaustral.com

Innovation: La SAPMER ramène à La Réunion ses premières langoustes vivantes

C’est en janvier que la SAPMER a réussi un exploit humain et technique en ramenant pour la première fois à quai des langoustes vivantes pêchées à 8 jours de mer des côtes réunionnaises, soit plus de 3000 kilomètres dans les eaux des Terres Australes et Antarctique Françaises. Une première mondiale pour un acteur majeur de la pêche, pionner de son secteur depuis plus de 70 ans !

Née à la Réunion en 1947, la SAPMER est la représentation par excellence de la réussite et de l’esprit d’innovation réunionnais. L’entreprise, dont le siège est situé au Port, est aujourd’hui le premier armateur français à la pêche. Ses produits sont distribués dans 30 pays, elle emploie plus de 1000 salariés, et dispose de quinze navires. La SAPMER est l’opérateur historique de la grande pêche dans les eaux des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). Les principales espèces pêchées et mises en marché par SAPMER sont la langouste de Saint-Paul, la légine australe, le thon albacore et le thon bonite. La SAPMER est, à ce jour, la seule société au monde autorisée à pêcher sous quota la langouste de Saint-Paul..

Les zones de pêche se situent sur la zone des 40èmes rugissants et 50èmes hurlants. C’est bien souvent dans des conditions extrêmes que l’équipage de l’Austral composé d’une cinquantaine de marins, pour la plupart réunionnais, remonte la petite langouste rouge — langouste australe. En Décembre 2017, la SAPMER a embarqué à bord de son bateau le dispositif innovant nécessaire pour ramener à La Réunion ce trésor VIVANT. Apporter d’aussi loin des côtes une espèce vivante constitue un exploit et une première mondiale. « En 70 ans d’histoire, SAPMER n’a cessé de progresser, d’innover, et de cultiver un esprit pionnier, tant sur ses activités en mer que sur terre. Depuis 4 ans nous opérons une mutation organisationnelle et structurelle pour devenir une entreprise « seafood », ayant pour ambition de maîtriser l’ensemble de la chaîne produit : de la mer à l’assiette. L’arrivée de ses premières langoustes vivantes est un pas en avant supplémentaire dans cette démarche et c’est surtout une grande fierté pour La Réunion, pour la SAPMER et pour ses hommes et femmes» explique Anthony SIGNOUR, directeur d’exploitation de La SAPMER.

La prouesse a été rendue possible grâce à la société française EMYG, spécialisée dans le traitement et la purification de l’eau en circuit fermé. L’entreprise travaille depuis plusieurs années sur la Chaîne du Vivant®. Véritable substitut de la chaîne du froid, la Chaîne du Vivant® permet une nouvelle façon de consommer ces produits : garantir leur fraîcheur, améliorer leur traitement et leur bien-être, faciliter la logistique pour les acteurs de ce secteur. La Chaîne du vivant a été rendue possible grâce à la technologie INNOPURE développée par EMYG. « L’esprit pionnier de La Sapmer a permis de construire dès le départ un partenariat de confiance et c’est avec fierté que nous voyons se déployer la Chaîne du Vivant® à La Réunion. Le transport des langoustes vivantes dans l’eau n’en est qu’à ses débuts, nous sommes heureux d’accompagner une entreprise comme la SAPMER dans le développement de cette nouvelle force. » Déclare Alexandra Fagiano, directrice des opérations d’EMYG

La Sapmer est l’armement historique de La Réunion. Elle accorde une importance particulière à cette place, comme l’explique Adrien de Chomereau, Directeur général de la société. «  Les Quotas nous sont attribués sous l’autorité de TAAF et sur les recommandations du musée d’Histoire Naturelle de Paris qui évalue la ressource marine. L’attribution de quota implique une grande responsabilité et l’engagement sans faille de l’armement bénéficiaire. Nous nous attachons à valoriser nos pêcheries car leur valorisation met en avant tout le territoire. En particulier sa faune, qu’il nous appartient de respecter et protéger en opérant des prélèvements responsables.» Ce sont les réunionnais qui pourront en avant-première profiter de ces trésors de l’antarctique vivants, garantissant la fraîcheur et la saveur originelle d’un produit d’exception. L’objectif à long terme est bien sur de développer l’exportation de ces crustacés haut de gamme à l’international, en particulier vers le Japon ou ils sont très appréciés.

L’Austral est reparti en campagne de pêche, son retour au Port est prévu en avril.

Pour en savoir plus sur la SAPMER : http://www.sapmer.fr

Nomination au sein de Castel Covino et nouveau partenariat avec le groupe Exsel

Dans le cadre du développement de Castel Covino, David Cailleux est nommé Directeur du Développement pour La Réunion et la Zone OI, Yoann Kargulewiscz est lui nommé Brand Ambassador et animera le tout nouveau partenariat de distribution avec le groupe Exsel.

Les développements de Castel Covino réalisés avec succès depuis 1954, tant à La Réunion que dans l’Océan Indien sont basés sur la qualité des relations, la confiance, la proximité et la disponibilité de l’entreprise avec ses partenaires. Dans la dynamique de sa vision de développement pour les années à venir, qui vise à faire de Covino un Hub de distribution pour l’Océan Indien et un intervenant toujours plus légitime à la Réunion, l’entreprise portoise repense son organisation. Dans ce but, David Cailleux prend, depuis le 1er janvier 2018, outre la responsabilité des caves Nicolas et du développement à l’export, celle du réseau CHR.

A l’occasion de ces nominations, Jean Philippe Vandercamer, directeur général de Castel Covino, a déclaré : « David Cailleux a une parfaite connaissance de ces métiers. Depuis 7 ans son ouverture, son professionnalisme et sa capacité à fédérer des énergies sur un projet commun sont des atouts indispensables pour la réussite et l’accélération du développement de l’entreprise dans l’Océan Indien et à la Réunion. »

Dans une constante volonté de développer son réseau de distribution sur le marché réunionnais, Covino vient de signer un accord de partenariat de distribution, avec le groupe Exsel. Ainsi, l’ensemble des établissements franchisés du groupe Exsel aura accès à toute la gamme de vins du catalogue Castel Covino. Le groupe Exsel (hors franchises), présent dans toute l’île, réunit des enseignes hôtelières (Mercure Créolia, Alamanda, Ermitage Boutik Hôtel, Floralys, le Victoria) et des restaurants (Coco Beach, la Marmite).

Pour en savoir plus sur Castel Covino : http://www.castel-freres.re/

Plus de 300 demandeurs d’emploi pour 200 postes proposés lors du Job dating

Ils étaient 650 demandeurs d’emploi à avoir participé aux informations collectives, en septembre 2017, au départ du parcours innovant « De la découverte du métier à l’emploi ». Ce jeudi 16 novembre, à l’occasion de l’étape finale, les 300 candidats évalués, sensibilisés aux métiers proposés et préparés à l’entretien d’embauche ont rencontré plus de 40 entreprises et répondu à plus de 200 postes proposés.

Le MEDEF Réunion, le pôle emploi de Saint-Pierre, la Cité des Métiers, la Mission Locale sud et la Mairie de Saint-Pierre, 5 acteurs majeurs du territoire mobilisés pour l’emploi, ont lancé depuis Septembre 2017 le parcours « De la Découverte du Métier à l’emploi » afin de rapprocher le monde de l’entreprise de tout public en recherche d’emploi ou en insertion professionnelle. En effet, comme le souligne Virginie Boireau, Présidente de la commission Ecole-Entreprise du MEDEF Réunion « Nous avons des entreprises qui recrutent, et des métiers dits en tension, c’est à dire des emplois non pourvus, alors que La Réunion connaît un taux de chômage important par rapport au national. Nous souhaitons les accompagner sur le chemin de l’insertion. »

Clara Quinot, Directrice du pôle emploi de Saint-Pierre évoque la genèse de ce projet qui a commencé en mars 2016. «Ce parcours, inventé par le pôle emploi de Saint-Pierre, a été initié afin de satisfaire les besoins en recrutement des entreprises rencontrant une pénurie de main d’œuvre dans le secteur de la charpente métallique. Suite au succès de la 1ère édition, ce parcours de recrutement a été élargi à 4 secteurs d’activités en 2017».  Lors de ce parcours préétabli, les demandeurs d’emploi ont tout d’abord participé à des séances d’informations collectives axées autour de témoignages de professionnels. Ils ont ensuite été évalués via la Méthode de Recrutement par Simulation (MRS) et des entretiens avec un conseiller Pôle emploi.  Afin de leur permettre de se projeter dans leur métier, comprendre leur environnement de travail et échanger avec des professionnels, ils ont été conviés à visiter des entreprises du bassin sud de La Réunion.

Préparés à l’entretien d’embauche pour apprendre à présenter leur candidature et savoir convaincre les recruteurs, les demandeurs d’emploi ont participé, ce jeudi 16 novembre, à l’étape finale de ce parcours préétabli. Plus de 40 entreprises dans les secteurs du commerce, de l’hôtellerie et de la restauration, du bâtiment et de l’agroalimentaire ont été démarchées par les conseillers dédiés entreprise de Pôle emploi du bassin sud afin de proposer à l’étape finale plus de 200 postes.

Anne-Lise, 33 ans
« J’ai été contacté par mon agence pôle emploi de St Pierre pour participer à ce parcours. Je suis inscrite à Pôle emploi depuis 1 an. J’ai réalisé la MRS Conseiller commercial. Je n’avais jamais exercé cette profession mais elle m’intéressait. La MRS m’a permis de changer de voie et de confirmer mes aptitudes. Ensuite, j’ai réalisé les ateliers Pôle emploi pour préparer un entretien. J’ai déjà fait plein d’entretiens mais malgré tout, l’atelier m’a donné des astuces, j’ai été bien accompagnée. Aujourd’hui, j’ai 3 entretiens mais je compte aussi donner mon CV à un grand nombre d’employeurs présents. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant d’entreprises. Quand on postule sur Internet, c’est flou, on n’a pas les moyens de défendre sa candidature. C’est une chance de pouvoir les rencontrer. »

Une méthode de recrutement originale, complète et efficace qui a permis d’assurer aux chefs d’entreprise une rencontre avec des candidats disposant des compétences nécessaires et sensibilisés aux enjeux de leur secteur d’activité.

Franz COUFFIGNAL, Responsable de Courtepaille
« Je suis très satisfait ; sur les 14 candidats, j’en ai trouvé 2 aux petits oignons que je vais embaucher maintenant et 7 autres sûrement plus tard ».

William BENAROUS  de COTRANS
« J’ai reçu 17 candidats, 5 vont être retenus. L’organisation du était impeccable. C’était enrichissant d’échanger. C’est une opération à renouveler. »

Trophées H D’Or : 13 Lauréats récompensés pour leurs actions en faveur de l’accès et du maintien en emploi des personnes handicapées

Dans cadre de la 21ème Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, le MEDEF Réunion, l’AGEFIPH et le FIPHFP ont récompensé, avec les trophées H D’Or, et valorisé ce mardi 14 novembre au Cinépalmes, en présence d’Amaury de Saint-Quentin, Préfet de La Réunion et de plus de 200 invités, 13 entreprises et employeurs publics du territoire qui œuvrent au quotidien pour permettre l’accès et le maintien en emploi des personnes handicapées.

Ils étaient plus de 40 établissements à concourir pour la première édition de ces trophées, signe que les employeurs publics et privés se sont emparés du sujet du handicap chez leurs salariés et synonyme d’une réelle dynamique territoriale. Le partenariat fort entre tous les acteurs de l’emploi et du handicap en est d’ailleurs le reflet. AGEFIPH, FIPHFP, MEDEF Réunion, Pôle emploi, Association Nationale des DRH, Handi-Pacte Fonction publique 974, Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale, Sameth, Cap Emploi et les Missions locales oeuvrent, main dans la main, au quotidien, afin qu’évolue plus nettement le regard sur les travailleurs en situation de handicap.

A l’occasion de la cérémonie de remise des trophées H D’Or, ce mardi 14 novembre, plus de 200 personnes, représentants du domaine public et acteurs économiques ont répondu présent. Afin de les interpeler, les organisateurs n’ont pas hésité à plonger la salle dans l’obscurité. Les premiers mots du grand témoin, Frédéric SICARD, jeune cadre bancaire en mobilité à La Réunion ont contribué à interpeler et à casser plus d’un préjugé sur le handicap. Le handicap survient pour l’essentiel, non pas à la naissance, mais au cours de la vie, et du fait de la vie et de ses divers incidents et accidents. Le handicap est le plus souvent invisible ! L’emploi de personnes handicapées est avant tout une histoire d’apport de compétences à une équipe et tous les métiers leur sont accessibles pour peu que le handicap soit compensé.

13 établissements publics et privés ont reçu un trophée récompensant leurs actions en faveur de l’accès et du maintien en emploi des personnes handicapées. Leur distinction, avec ces trophées H D’Or, a permis de sensibiliser tous les employeurs privés et publics du territoire, et de les encourager à engager des actions en matière d’emploi des personnes handicapées.

Catégorie 1 : Insertion professionnelle dans les établissements privés de moins de 20 salariés

Lauréat établissement privé : Association Liaison

Lauréat établissement public : CCAS de Saint-Pierre

Catégorie 2 : Insertion professionnelle dans les établissements privés et publics de plus de 20 salariés

Lauréat établissement privé : Car Marde

Lauréat établissement public : Commune de Saint-Paul

Catégorie 3 : Embauche d’Alternants en Contrat d’apprentissage ou Contrat de Professionnalisation

Lauréat établissement privé : SHLMR

Lauréat établissement public : Commune du Port

Catégorie 4 : Maintien dans l’emploi dans les établissements privés de moins de 20 salariés

Lauréat établissement privé : FER AVEC

Lauréat établissement public : OTI Nord

Catégorie 5 : Maintien dans l’emploi dans les établissements privés et publics de plus de 20 salariés

Lauréat établissement privé : Air Austral

Lauréat établissement public : C.H.U. Réunion

Catégorie 6 : Création d’activité

Lauréat établissement privé : Chez Niko

Prix coup de cœur établissement privé : Vindemia Group

Prix coup de cœur établissement public : Dieccte de La Réunion

L’innovation au service d’une consommation responsable

Brasseries de Bourbon poursuit ses efforts en matière de développement durable. L’entreprise, qui promeut une consommation responsable via son investissement dans les actions de l’association « Avec Modération », met tout en œuvre pour une production locale responsable. Il en est pour preuve ses deux dernières innovations, sans aucun degré d’alcool : Bourbon 0.0% Maxx et Heineken 0.0%.

Porté par ses engagements RSE, Brasseries de Bourbon a développé une importante démarche d’amélioration continue, qui touche tous les niveaux de l’entreprise . Les efforts consentis au quotidien s’inscrivent bien au-delà des actions de prévention, comme en témoigne le rapport annuel Développement durable de l’entreprise. Sur le pilier « consommation responsable », ils se traduisent entre autres par une offre élargie de références peu ou pas alcoolisées.

Grâce aux efforts en R&D entrepris par les équipes de production, en étroite collaboration avec le service marketing, la gamme de références proposée sur le marché est régulièrement revisitée afin de répondre aux attentes des consommateurs de plus en plus avertis en matière de santé et de bien-être. D’après une récente enquête menée à l’échelle nationale, plus de 70 % des consommateurs pensent que modérer leur consommation est un point positif, suggérant une vraie demande de bières avec de faibles taux d’alcool. Porté par cette tendance de consommation, en parfaite corrélation avec ses actions de prévention, Brasseries de Bourbon propose depuis quelques jours deux nouvelles innovations.

Après la Radler lancée en 2013 et le Panaché en 2015, une nouvelle déclinaison de la mythique bière réunionnaise et une nouvelle Heineken font leur apparition dans les rayons des magasins et du réseau CHR. Il s’agit de la Bourbon 0.0% Maxx et de la Heineken 0.0%. Ces deux recettes constituent une nouvelle alternative pour les amateurs de bière, sans aucun degré d’alcool.

A noter que la loi autorise l’utilisation de l’appellation « sans alcool » pour toute boisson n’excédant pas 1,2 degré d’alcool. Avec ses deux nouvelles bières « 0.0% », l’entreprise du Bas de la Rivière se démarque de la concurrence. Seul acteur du secteur brassicole à La Réunion à proposer de telles références, elle ouvre ainsi un nouveau segment de marché. Son ambition, que tous ses clients proposent l’une des deux références 0.0 % à la vente.