Author

AMC

Browsing

Zotcar : La location de voiture entre particuliers s’invite à l’aéroport Roland Garros

Zotcar, le leader de la location de voiture entre particuliers à La Réunion, lance sa nouvelle offre à l’aéroport Roland-Garros. La startup réunionnaise permet désormais à ses clients de bénéficier d’un parking gratuit directement à l’aéroport et de gagner de l’argent pendant leurs vacances en louant leur voiture pendant leur absence.

Grâce à Zotcar, vous pouvez désormais laisser votre voiture gratuitement dans le parking visiteurs de l’aéroport Roland-Garros. Mieux, votre voiture vous rapporte de l’argent pendant que vous n’êtes pas là. Pour cela une seule condition : que celle-ci soit mise en location pendant votre absence. En effet, le site zotcar.com, spécialisé dans la location de voiture de particuliers à particuliers, propose désormais aux réunionnais de mettre en location leur voiture et de gagner de l’argent pendant leur vacances.

Comment faire si vous planifiez vos prochaines vacances et que vous souhaitez bénéficier de ce service ? Il vous suffit tout simplement de vous inscrire sur le site www.zotcar.com et de choisir l’offre « Esprit Libre ». Vous pourrez alors partir « l’esprit libre » et prendre votre vol sereinement. Lorsque vous arrivez à l’aéroport, vous vous dirigez vers le parking visiteurs dans lequel vous pourrez rentrer sans ticket sur simple détection de votre plaque d’immatriculation. Et pendant toute la durée de votre absence,  votre voiture est assurée tous risques par la MAIF. Les locations sont 100% gérées par Zotcar et vous gagnez 50% de chaque location pendant votre absence. A votre retour, votre voiture vous attendra sur le parking de l’aéroport.

Plus d’infos : www.zotcar.com ou le 02 62 96 67 80.

Et un petit bonus pour nos lecteurs : Bénéficiez de 20 € supplémentaires sur votre location en utilisant le code promo : AEROPORT lors de l’inscription de votre véhicule sur zotcar.com !

Le coworking gagne aussi l’hôtellerie

A l’heure de l’économie collaborative, de la flexibilité et du nomadisme, le coworking apparaît comme une des réponses à cette évolution des besoins.

Le coworking s’entend comme un espace de bureaux partagés en location ponctuelle ou sous forme d’abonnement. L’idée est de partager un bureau et, surtout, d’en utiliser un seulement quand nécessaire. Ce qui séduit également les coworkers, c’est bien de travailler dans un esprit collaboratif, concept dans l’air du temps. Cette tendance touche en grande partie les travailleurs en freelance et les startupers ; au-delà de la flexibilité du coût de leur lieu de travail, ils souhaitent être dans un esprit d’innovation et d’émulation, « réseauter », augmenter leur créativité et pourquoi pas, leur activité. Ces « sans bureau fixe » sont davantage à considérer comme des « free-workers ».

En réponse à cette tendance, les espaces de coworking se développent un peu partout dans les grandes villes et l’hôtellerie n’est pas épargnée par ce phénomène.

Le coworking dans les hôtels, quelles prestations ?

Rappelons d’abord ce que les hôteliers proposent pour une prestation de coworking. Généralement l’offre se compose d’un espace dédié au travail, plus ou moins formel avec connectiques, imprimantes, wifi de qualité, et boissons chaudes, eau, viennoiseries, snack, etc. moyennant des forfaits à l’heure, à la demi-journée ou à la journée complète. Pour d’autres, seules les consommations sont payantes. Les fondamentaux ? En plus du wifi de qualité, proposer des prises en nombre suffisant, voire des chargeurs de smartphones.

Le coworking dans un hôtel répond à un nouveau besoin et une nouvelle manière de satisfaire la clientèle, mais pas seulement. Les hôteliers y ont aussi vu une manière de rentabiliser des espaces peu ou pas exploités de manière optimale. Les investissements ne sont pas très lourds et généralement les hôtels sont en bonne partie déjà équipés : wifi, fauteuils/chaises, tables, etc. Le personnel est également déjà présent pour superviser ce service. Les hôteliers optimisent leurs mètres carrés. Dans certains hôtels, le lobby joue ce rôle. Pour d’autres, c’est la salle de petit déjeuner qui se transforme en espace de travail dès le service et le ménage terminés. Le mot « day-use » prend tout son sens : en faisant du coworking, les hôteliers rentabilisent des espaces non exploités à certaines heures de la journée. Mais pas seulement. C’est aussi un moyen pour les hôteliers de faire parler de leurs établissements. Les hôteliers diversifient leurs cibles de clientèles et profitent de la communication induite par ce nouveau service. Cela permet également de drainer de nouveaux clients pour le bar et le restaurant. Ce concept est complètement en phase avec ces nouveaux hôtels ouverts sur leur environnement et sur la clientèle locale. C’est un moyen de créer de la vie dans l’hôtel, d’animer des espaces qui resteraient tristement vides. Qui a envie d’aller prendre un verre dans un bar vide ? Il est vrai que plus les bars et restaurants sont remplis, plus ils attirent les clients.

Les espaces coworking dans les hôtels se retrouvent dans des localisations propices : proche des gares, des aéroports ou de pôles économiques. En attendant un train, entre deux rendez-vous, il est ainsi possible de mettre son temps à profit, en travaillant dans un espace fonctionnel et donc d’optimiser son déplacement.

Un concept révolutionnaire ?

Ce concept n’est tout de même pas révolutionnaire. En effet, quel homme ou femme d’affaires ne s’est pas déjà installé dans un lobby ou bar d’hôtel pour y travailler ? Quel professionnel n’a pas déjà eu envie de travailler dans le lobby ou dans le bar, dans un cadre plus vivant, plutôt que de rester enfermé dans sa chambre d’hôtel, aussi bien décorée soit-elle ? Ces espaces de coworking sont simplement plus adaptés, fonctionnels, et surtout commercialisés. Le marché tend même à se structurer avec des sites de commercialisation dédiés comme AirOffice ou la section business de Dayuse.com.

L’hôtellerie a toute légitimité pour proposer ce type de prestation : la plupart des équipements et services à déployer sont souvent déjà présents sur site, le personnel également et la clientèle d’affaires est un segment que la plupart des hôteliers connaissent bien. Les professionnels s’y mettent de manière plus ou moins structurée. Des concepts orientés exclusivement « business » se développent : c’est le cas à Paris du BOB Hotel d’Elegencia (comprenez « Business On Board » pour BOB). De par son concept, cet hôtel va plus loin et propose différents espaces de bureaux : lobby, patio ou les plus classiques salles de réunions. L’hôtel a pensé à tout : si le client souhaite plus de discrétion, des petites alcôves sont là pour l’accueillir. Le C.O.Q. Hôtel, dans le 13ème arrondissement parisien, aussi se positionne sur ce créneau : une fois le petit-déjeuner terminé, les ordinateurs portables remplacent les assiettes sur les tables. Des groupes hôteliers se positionnent également sur ce créneau : chez AccorHotels, le concept Easywork est déployé au sein des hôtels Mercure et Novotel. MOB Hotel met à disposition, dans son hôtel audonien, une salle dédiée au coworking réservée à certains professionnels, sous le nom « Kolkhozita ». On retrouve également le groupe Oceania avec son enseigne, Nomad, qui dispose d’un grand espace fonctionnel et adapté aux différents besoins de la clientèle, et en en particulier au travail. L’enseigne Moxy joue aussi sur ce tableau avec un grand espace polyvalent, Society M (Citizen M) avec des espaces de travail dans un esprit collaboratif et créatif. Et ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres.

Coworking Washington

 

 

 


L’intérêt pour les clients ?

En plus des notions de « liberté / flexibilité », ils profitent d’un cadre généralement agréable et peuvent même profiter des équipements de l’hôtel (spa, fitness). Certains utilisateurs d’espace coworking y voient aussi le moyen de véhiculer une image plus valorisante : ils organisent une session de travail avec un client dans un environnement moins formel qu’une classique salle de réunion, et parfois plus en adéquation avec leur secteur d’activité. On peut ainsi choisir son lieu de travail en fonction de l’image que l’on souhaite donner.

Seul inconvénient du coworking dans l’hôtellerie, quand les coworkers se sentent un peu trop bien, ils peuvent avoir tendance à prendre trop de place, au détriment de la clientèle traditionnelle de l’hôtel. La contrepartie de ce succès est donc la nécessité d’anticiper la gestion de potentiels conflits d’usage entre les flux de clientèle.

L’hôtellerie, alliant immobilier et services, se développe de façon légitime dans le coworking et va même plus loin pour certains. AccorHotels et Bouygues Immobilier ont noué un partenariat autour de Nextdoor, à l’origine créée par Bouygues. Le concept est simple : location de bureaux en coworking à la journée ou des périodes plus longues. L’idée du partenariat entre les deux grands acteurs est d’accélérer le développement de ce nouveau concept profitant des savoir-faire de l’un et de l’autre. Mama Shelter aussi développe, indépendamment de ses hôtels, Mama Works (bureaux en location), dans le même esprit que les Mama Shelter.

Ces nouveaux services illustrent la dynamique actuelle observée sur une partie du secteur hôtelier, qui se réinvente en écoutant sa clientèle, et qui sort de son modèle traditionnel pour proposer davantage de services. A quand la prochaine idée pour enrichir la prestation hôtelière ?

Amélie LAPI Consultante In Extenso TCH
http://www.inextenso-tch.com

Un exemple à la Réunion : https://www.hotel-legrandbleu.com 
L’hôtel le Grand Bleu a un espace Coworkboutik.

 

8000 Mondes lance un crowdfunding pour financer Ondes de choc !

Seconde série audio lancée par 8000 Mondes, « Ondes de choc » passe par la case « Crowdfunding » afin de financer le lancement de sa production. Cette série policière, imaginée par Sylvie Chaussée-Hostein, suit l’enquête de la journaliste radio Elixène Murat confrontée à la mort mystérieuse de ses amis de lycée.

Une série policière

Choisie en juin 2017 par les votants de la seconde bataille de pilotes, Ondes de choc est une série de douze épisodes de 40 minutes, conçue sur le modèle des séries télévisées américaines. L’équipe d’écriture réunit, sous la houlette de Sylvie Chaussée-Hostein, Maryse Maillot, Annie Dumont, Gwenaël Fabre, Alexandra Bisson et Stéphanie Buttard. La réalisation sonore est pilotée par Samuel Melade. La série sera entièrement enregistrée et réalisée à La Réunion.

Les trois premières minutes du projet sont audibles ici :
https://soundcloud.com/nicolas-bonin-666978127/intro-ondes-de-choc

Pourquoi un crowdfunding ?

Le crowdfunding est un financement participatif qui permet à des particuliers de soutenir un projet et de recevoir en échange des contreparties. Contrairement aux autres formes d’art, qui bénéficient de nombreuses aides et subventions, la série audio dispose de très peu d’aides à l’écriture ou à la réalisation.

8000 Mondes choisit donc d’en appeler directement à ses futurs auditeurs pour soutenir le projet en amont et bénéficier ainsi d’une écoute en avant-première. La première Orsan avait été financée avec succès par ce biais. En contrepartie, 8000 Mondes propose bien sûr de récupérer des épisodes audio de la future série, des musiques ou de participer à des ateliers de décryptage.

Écoutez Sylvie Chaussée présenter son projet :

La page Ulule se trouve ici : https://fr.ulule.com/ondes-de-choc/

Les auteurs et l’équipe de 8000mondes comptent sur vous !
N’hésitez pas aussi à partager l’info autour de vous.

Lors de son Assemblée générale, la CPME Réunion réaffirme son engagement en faveur des TPE et PME du territoire

L’Assemblée générale de la CPME Réunion s’est tenue, ce jeudi 15 mars 2018, au Domaine du MOCA, à Saint-Denis. L’organisation patronale a rappelé son engagement en faveur des entreprises patrimoniales du territoire, et a renouvelé une partie de son Conseil d’administration. Une conférence publique sur le thème de l’entreprise optimiste a été organisée en présence de François Asselin, président national de la CPME, ainsi que de nombreux acteurs économiques, institutionnels et politiques de La Réunion.

L’Assemblée générale de la CPME Réunion a été l’occasion de rappeler les orientations stratégiques de l’organisation patronale. Forte de ses 600 adhérents et de ses 24 syndicats partenaires, la CPME Réunion entend conforter et renforcer sa position de premier syndicat de l’économie locale. Promouvoir un modèle économique responsable, performant et équilibré, dans lequel les TPE et PME réunionnaises s’épanouissent, représente un axe de travail prioritaire. Le Trophée Entreprise & Territoire, premier trophée de l’ancrage territorial en France, est d’ailleurs reconduit pour la deuxième année consécutive sous l’égide de la CPME Réunion. Le syndicat continuera également de militer dans le cadre de l’association SBA pour que la commande publique devienne un levier de développement en faveur des TPE et PME réunionnaises. Ce projet est une opportunité pour La Réunion de s’illustrer au niveau national.

Vis-à-vis des entreprises adhérentes, la CPME Réunion étoffe son offre de services en 2018 avec « les rencontres du financement ». Lors de ces rendez-vous bimestriels, des organismes de financement présentent leurs dispositifs à des entreprises à la recherche de fonds pour se développer.

A partir du mois de mai, la CPME Réunion sensibilisera ses adhérents sur les enjeux profitables de la Qualité de vie au travail (QVT) dans le cadre d’un projet lancé par l’Agence nationale pour l’Amélioration des conditions de travail (ANACT).

 

 

Un tiers du Conseil d’administration renouvelé

Dix sièges ont été renouvelés à l’occasion de l’Assemblée générale de la CPME Réunion : Alex How-Choong (section commerce), Abdoul-Azeez Issop (section commerce), Lilian Perot (section artisanat), Gérard Lebon (section services), Ismaël Locate (section industrie) et Dominique Vienne (section industrie), ont été réélus au Conseil d’administration. Jérôme Gonthier (section industrie), Abdoullah Lala (section services), Guillaume Nice (section artisanat), Mamy Rabenjamina (section artisanat) ont été élus pour la première fois.

Le Conseil d’administration de la CPME Réunion se réunira ce mercredi 21 mars 2018 pour l’élection de son Bureau et de son Président pour la mandature 2018-2021.

Pour en savoir plus sur la CPME Réunion : http://cpmereunion.re

Red Samuraï lance KATAPULTE, une journée d’immersion pour explorer l’entreprise de demain

Le 19 avril 2018, à St-Gilles les Bains, se tiendra KATAPULTE, un événement inédit destiné aux dirigeants, entrepreneurs et collaborateurs réunionnais. L’objectif de cette journée est de leur permettre de se projeter dans le futur de l’entreprise. Les révolutions déjà initiées sont amenées à bouleverser le monde du travail et nous devons nous préparer à ces changements majeurs.

Pour accueillir ces mutations profondes, Red Samuraï organise pour la première fois à La Réunion une journée entière d’expériences, de rencontres et d’échanges. KATAPULTE prendra la forme d’un défi qui sera le catalyseur de questionnements, de solutions et de motivation collective.

Les Red Samuraï proposeront aux participants une expérience différente d’une conférence classique, adaptée aussi bien aux besoins individuels des dirigeants et managers, qu’à la cohésion de leurs équipes. C’est pourquoi les entreprises qui s’inscrivent en groupe bénéficient d’un tarif préférentiel.

Parmi les thèmes qui seront abordés et expérimentés à travers des outils et techniques d’animation favorisant l’intelligence collective et l’agilité : les clés de succès pour bien travailler avec les nouvelles générations (Y, Z),  les nouvelles méthodes de management favorisant aussi bien la qualité de vie au travail que la performance de l’entreprise, la motivation par le jeu et la gamification, etc.

Un événement à ne surtout pas manquer !

Programme et inscription : http://red-samurai.re/katapulte/

Pour en savoir plus sur Red Samouraï : http://red-samurai.re/

10eme Edition du startup weekend : le palmarès !

Organisée depuis 2011 à la Réunion par l’association Webcup, la 10ème édition du Startup Weekend s’est déroulée ce week-end, du 23 au 25 février 2018, à l’ESIROI, Parc Technologique à Saint Denis. Initiative mondiale qui a pour objectif de promouvoir l’innovation et l’entrepreunariat, cet évènement a permis aux participants présents de détenir les clés de création d’une entreprise innovante. Il a pu se réaliser grâce au partenariat de EDF, Village by CA, Technopole de la Réunion, RSM, Académie des Savoirs, Osez Entreprendre, ESIROI et l’Université de la Réunion. Qu’ils soient porteurs d’un projet ou qu’ils apportent leurs compétences, 128 participants (étudiants, professionnels, entrepreneurs, ingénieurs, designers, développeurs,…) se sont retrouvés durant 54 heures et ont été accompagnés par des coachs pour créer un business model innovant.

Trois jours d’échanges, de rencontres, de partages, de convivialité et de dynamisme pour offrir un écosystème propice à l’innovation et à l’entreprenariat. Pour cette 10ème édition, 48 idées ont été pitchées le vendredi soir et 12 projets ont été travaillés durant tout le week-end. Leur objectif : convaincre le jury de la viabilité de leur projet. Le jury de cette 10ème édition Le jury de professionnels de cette 10ème édition, est composé de : – Olivier DUHAGON, Directeur Régional Réunion-Mayotte, EDF – Laurent GABORIAU, Directeur Général, Technopole de La Réunion / Incubateur – Jean-Louis LECOCQ, Expert-Comptable et dirigeant, RSM / Optimum – Gilbert MARTIN, Gérant du fonds de capital risque, ACG Management – Elisabeth PEGUILLAN, Directrice Générale (Maire), Village by CA de La Réunion – Bernard PETIN, Président, Association Réunion Active – Michel THIERS, Entrepreneur, Zotcar

Les gagnants de cette 10ème édition

Pour cette 10ème édition, à l’issue des 54 heures, le jury a retenu quatre lauréats.
Le Premier Prix Le premier prix est attribué au projet L’Atelier Constant porté par Yanis Constant : remettre le goût réunionnais au coeur d’une patisserie française, le chou.
Il remporte :
– un Bon pour des prestations de formation à hauteur de 2000 (deux mille) € offert par l’Académie de Savoirs – un Bon pour des prestations de formation à hauteur de 3000 € (trois mille Euros) offert par Osez Entreprendre
– un chèque de 500 Euros et 3 mois d’hébergement en coworking d’une valeur de 600 € offert par VILLAGE BY CA
– 8 heures de conseil par le cabinet RSM

Le deuxième prix est attribué au projet L’OVE porté par Emilie Lebas : création de cercueil de forme arrondie, douce et lisse en forme de galet, en matériau biosourcé et dégradable en favorisant une filière biologique innovante.
Elle remporte :
– Un Bon pour des prestations de formation à hauteur de 1000 € (Mille Euros) offert par l’Académie de Savoirs
– 4 heures de conseil par le cabinet RSM

Le troisième prix est attribué au projet Pépé José porté par Mickaël RIVIERE : service d’abonnement de paniers repas proposant des plats à cuisiner à partir de recettes originales et variées constitués de produits de saison et locaux.
Il remporte :
– Un Bon pour des prestations de formation à hauteur de 500 € (Cinq cent Euros) offert par l’Académie de Savoirs
– 3 heures de conseil par le cabinet RSM

Le jury a souhaité également attribuer un coup de coeur du jury au projet ARTO porté par Arnaud Minatchy : projet de prestation personnalisée et mobile d’ateliers créatifs et écologiques.
Il remporte 3 heures de conseil par le cabinet RSM.

4 associations réunionnaises lauréates du prix Réaliz

L’initiative Réaliz, portée par la marque Réa permet chaque année de distribuer 30.000 euros à diverses associations d’outre-mer. A La Réunion, 20 projets ont été déposés sur le site dédié à l’opération. Les quatre lauréats ont été récompensés le 6 décembre lors d’une remise des prix officielle.

Acteur économique impliqué depuis plus de 30 ans en Outre-mer, Réa est aussi le premier à avoir offert une plateforme web 100% Outre-mer www.rea-liz.fr destinée à soutenir et accompagner des acteurs locaux dans le développement et la mise en place de projets solidaires. L’entreprise fait le pari de miser sur le dynamisme de la population et des citoyens d’outre-mer pour mettre en place de façon autonome des projets responsables et solidaire, des projets ancrés dans leurs territoires et prenant en compte leur spécificité.

L’opération dont c’est la deuxième édition a été déployée sur la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie Française et enfin La Réunion. Les candidats ont envoyé leurs projets sur le site dédié à l’opération. Une fois mis en ligne, les projets ont été soumis aux votes des internautes. Chacun a pu faire connaître son projet en le partageant sur Facebook ou en l’envoyant directement à son réseau pour collecter le plus de votes possible. C’est ensuite le jury, composé des représentants de la marque et aussi des acteurs locaux, qui a sélectionné les 3 meilleurs projets de chacune des régions.

Au total ce sont plus de 30.000 euros d’aides qui seront remis aux associations sur l’ensemble des territoires pour réaliser leurs projets. « En soutenant les initiatives locales, nous souhaitons accompagner les populations d’outre-mer dans la mise en place de projets qui leur tiennent à cœur. Une manière pour notre marque Réa de mettre en action les valeurs de proximité, de générosité et de solidarité sur lesquelles elle s’est bâtie ! » Céline Mathia de la marque REA.

Dans l’ensemble des DOMTOM ce ne sont pas moins de 184 projets qui ont été déposés. A La Réunion 20 projets ont candidaté sur cette deuxième Edition de Réaliz et plus de 3000 personnes ont participé au vote. Les trois projets retenus sont :

–       L’association place du vrac avec son Epicerie collaborative « Le Comptoir du Vrac »

–       L’association Eclats de l’île – des clowns à l’hôpital avec son projet « Rire à l’hôpital, c’est vital ! »

–       L’association Orizon avec son projet de vidéo pour lutter contre les discriminations homophobes.

Enfin, le Jury a accordé un prix spécial à l’association Meristème pour son projet « crée ton monde avec vague verte » qui travaille avec des jeunes de 12 à 17 ans autour du développement durable.

Les Prix seront remis officiellement ce soir lors d’une cérémonie au Mercure Créolia, les projets seront suivis pendant un an par les équipes de Réaliz et l’actualité des associations sera à retrouver sur la page Facebook de l’opération.

A PROPOS DE REA

Présente depuis 1956, Réa, la marque de jus de fruits vitaminée et innovante, accompagne depuis toujours les ultramarins dans leur quotidien. Sensible aux considérations actuelles, Réa a souhaité mettre en place un projet capable de rassembler autour de problématiques en lien avec la culture, l’éducation et le social. Le projet Réaliz s’inscrit dans un programme d’entraide, responsable et solidaire, porteur de sens et en lien avec les valeurs de la marque.

А PROPOS DE LA CILAM

Créée en 1964, la Cilam, premier groupe industriel laitier de La Réunion entame, dès 1970, la diversification de ses activités en intégrant la production et la commercialisation de jus de fruits. En 1990, Eckes Granini confie à La Cilam la production des jus de fruits de la marque Réa. Une fabrication locale «made in  Réunion» à St Pierre, qui permet de proposer des produits adaptés aux attentes des réunionnais et qui contribue également au développement économique de l’île. Une relation de confiance solide et pérenne qui dure depuis, maintenant, 26 ans. Dans un souci de qualité constante, la Cilam a récemment investi dans une nouvelle ligne de conditionnement de bouteilles aseptiques. Un investissement ambitieux et unique pour offrir des produits de plus grande qualité encore et  pour proposer de nouvelles gammes de produits pour la marque REA.

Nouloutou : le premier parking proche aéroport qui vous fait gagner de l’argent.

Nouloutou, site réunionnais de location entre particuliers lance son parking proche de l’aéroport de Roland Garros. 300 places disponibles et deux formules sont proposées : un parking gratuit pour les personnes qui acceptent que leur véhicule soit loué lors de leur voyage hors département et un parking payant à 5€/jour pour les personnes qui souhaitent uniquement laisser leur voiture sur un parking sécurisé.

Savez-vous que durant les cinquante dernières années, nous avons consommé plus que depuis le début de l’humanité… ? Savez-vous que 80% des objets que l’on possède sont utilisés moins d’une fois par mois… ? C’est fort de ce constat que Badis Aggoune et Idir Oukaci lancent fin 2016, la plateforme Nouloutou.  Le site permet aux particuliers et aux professionnels de la location, de louer et/ou de mettre en location les objets les plus variés : hébergements, véhicules, matériel de loisirs, de bricolage, de jardinage… Avec Nouloutou, La Réunion est entrée un peu plus dans l’ère de l’économie collaborative : louer plutôt qu’acheter, utiliser plutôt que posséder, partager plutôt qu’accaparer… Un an après, la communauté Nouloutou comprend 4500 membres à qui plus de 150 000 euros auront été reversés d’ici la fin de l’année. Une belle performance pour la jeune start-up qui connaît 30% de croissance chaque mois depuis 6 mois et effectue entre 7 et 12 locations par jour.

La location de voitures est la colonne vertébrale de l’entreprise et constitue une grande partie de son chiffre d’affaires. Avec ce nouveau parking situé au Village Bienvenue, Nouloutou espère développer rapidement sa communauté d’adhérents car, si il ne coute que 5 euros par jour, soit jusqu’à 85% moins cher que les parkings existants (parkings aéroports et gardiennage chez les loueurs professionnels), l’offre s’avère gratuite pour les volontaires à la location. Le propriétaire gagnera alors, 50% du montant de la somme générée par la location. Une somme pouvant monter jusqu’à 600 euros par mois pour un modèle type Clio. Côté sécurité, tout a été prévu « Le temps de leur location, les véhicules sont assurés tous risques par notre partenaire assureur la MAIF, une enseigne nationale au sérieux avéré. La location s’effectue donc en toute confiance et en toute sécurité » rassure Badis Aggoune. « Le véhicule est restitué avec le niveau d’essence correspondant au départ et propre bien sûr. Depuis un an, nos différents membres loueurs peuvent attester de notre sérieux sur ces points. Les utilisateurs du parking pourront également faire laver leur véhicule, le mettre sous une bâche de protection ou encore le récupérer avec le plein de carburant »

Que l’on choisisse la formule avec ou sans location de son véhicule, le parking situé au Village Bienvenue à moins de 5 minutes de l’aéroport, est ouvert 7 jours sur 7, de 7h à 21h. Une navette gratuite amène et récupère les voyageurs à l’aéroport. En cas de retard de vol, la navette attendra, bien sûr, les clients concernés. Côté sécurité, après 21heures, le parking est équipé de 5 caméras de surveillance, 5 détecteurs de mouvement et une alarme anti-intrusion. De quoi partir en toute sérénité. Quant à la réservation, rien de plus simple, elle se fera en ligne sur le site www.nouloutou.re ; une formalité, rapide, simple et sécurisée.

Pour cette nouvelle offre, Nouloutou vise 100 véhicules en parking payant par jour d’ici fin 2018 et 10 locations effectuées par jour des véhicules laissés en parking gratuit. Si l’objectif est atteint, en 2018, cela serait alors plus de 500.000 euros qui seraient reversés aux propriétaires. Cette nouvelle offre démarre aujourd’hui ce 27 novembre 2017, les réservations en lignes démarreront, dès le 24 novembre.

Pour en profiter, c’est par ici : http://nouloutou.re

Nespresso a le vent en poupe

Après 8 ans de bons et loyaux services, la boutique Nespresso de la Rue Jean Chatel vient d’être rénovée. Ré-ouverte depuis le 6 novembre, cet événement attendu s’accompagne de la sortie de plusieurs nouveautés. La Boutique s’aligne désormais sur les standards métropolitains et affiche fièrement ses engagements environnementaux.

Nespresso à La Réunion

Depuis 12 ans, la société Dimomix développe la distribution de la marque Nespresso à la Réunion. En septembre 2016, le groupe Mauricien Scott Investments Limited, déjà distributeur de Nespresso sur l’île sœur, a racheté Dimomix et Coffee Mayotte avec l’objectif de développer davantage la marque Nespresso dans les 2 territoires.

Le réseau de ventes des produits Nespresso (cafés, machines et accessoires) à la Réunion compte 3 Boutiques à Saint Denis, Saint Gilles, Saint Pierre et 1 corner dans la galerie commerciale de Sainte Marie. Cette ré-ouverture intervient à un moment majeur du développement de Nespresso, puisque la marque a décidé de repenser ses Boutiques en un véritable lieu de vie : un espace premium chaleureux, innovant et mettant en avant l’expertise café de la marque.

Qualité et originalité, la recette du succès

Face au succès grandissant, le développement de l’enseigne ne devrait pas s’arrêter là. Les fameuses capsules font en effet de plus en plus de passionnés de café, tant au niveau des particuliers que des professionnels pour qui une offre professionnelle a été développée. Un succès qui s’explique par la qualité des Grands Crus proposés. Les nouveautés et éditions limitées jouent également la carte de l’originalité, comme par exemple les nouvelles capsules « Variations » en Edition Limitées : variations Snowball (Chocolat-Coco) Variation Orangette ou encore Variations Liquoris.

Une entreprise durable.

Nespresso est aussi fortement engagé avec des initiatives qui visent à réduire l’impact sur l’environnement.  Tout comme en métropole, à la Réunion les capsules usagées sont collectées dans les points des ventes. Elles sont ensuite traitées par un partenaire local qui sépare le marc de l’aluminium. L’aluminium quitte La Réunion pour rejoindre des filières de recyclages agréées en métropole tandis que le marc de café est valorisé localement et est transformé en engrais et terreau.

Le nouvelle gamme de machine Initita proposées à la réunion depuis début octobre, les plus compacts de la gamme Nespresso, ont été développées dans un soucis d’économie d’énergie : elles se mettent en veille automatiquement après 9 minutes de non utilisation.

L’Arrangé Cahouète reconnu Saveur de l’Année 2018 !

Après avoir obtenu en 2016 la reconnaissance « Saveur de l’année » pour son Arrangé Banane flambée, Rhums et Punchs Isautier s’est de nouveau lancé le challenge d’une nouvelle distinction en présentant cette année sa dernière référence : l’Arrangé Cahouète. Un défi relevé brillamment !

En juillet Rhums et Punchs Isautier a présenté aux consommateurs réunionnais sa nouvelle référence qui allie la saveur de la cacahouète, au rhum issu de la canne réunionnaise. Un nouvel Arrangé qui correspond complétement à l’esprit de la Maison en mêlant tradition et innovation. Cet Arrangé Cahouète au goût typique vient rejoindre la famille des Arrangés de La Maison Isautier, tous emblématiques des saveurs et traditions créoles. La Maison innove cependant avec ce dernier-né classé dans les liqueurs puisqu’il ne présente que 17% d’alcool pour une dégustation raisonnée !

Arrangé Cahouète
Arrangé Cahouète

C’est également en juillet que se déroulait l’épreuve de dégustation des produits candidat au titre de « saveur de l’année 2018 ». Pour rappel, chaque produit est dégusté par un groupe de 120 personnes et est testé de manière anonyme, c’est-à-dire sans emballage et signe de reconnaissance. La première évaluation est fondamentale, le consommateur note entre 0 et 10 son appréciation globale du produit. Le produit est ensuite évalué en fonction de 4 critères, valant chacun pour 5 points: l’Aspect, Odeur, Texture et enfin le Goût. Pour être « Reconnu Saveur de l’Année », le produit doit atteindre le seuil gustatif minimal imposé entre 12/20 et 14/20 selon le produit. L’Arrangé Cahouète a obtenu la note finale de 15,48 /20 !

Cette distinction permet à La Maison Isautier d’utiliser le logo et la marque « Reconnu Saveur de l’Année 2018 » dans sa communication et d’apposer un macaron identifiable sur chacune de ses bouteilles. En 2017, grâce à cette reconnaissance la vente des Arrangés Banane Flambée avait connu un boom sur le marché métropolitain. Gageons qu’il en sera de même pour l’Arrangé Cahouète qui fera son apparition sur les rayons des grandes et moyennes surfaces hexagonales vers le mois de mai.